Forum en pause. Voir ICI.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Psychédélisme de minuit [Libre, à voir par mp]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Anonymous
Invité

Invité


Psychédélisme de minuit [Libre, à voir par mp] Vide
MessageSujet: Psychédélisme de minuit [Libre, à voir par mp] Psychédélisme de minuit [Libre, à voir par mp] Icon_minitimeDim 24 Avr - 2:07

Les oiseaux qu'on met en cage
Peuvent-ils encore voler ?
C'était pourtant une nuit comme toutes les autres. L'air était doux, les arbres frémissaient sous une brise légère, et le ciel était piqueté d'une multitude d'étoiles. Si les temps avaient été normaux, il y aurait eu foule dehors à chercher les étoiles filantes, repérer les constellations, ou simplement admirer les astres scintillants. Tout aurait été si tranquille... Mais rien ne se passait jamais comme prévu, et le silence qui régnait sur l'île n'était pas dû au sommeil paisible des centaines d'enfants qui y logeaient, plutôt à la guerre qui agitait les quartiers depuis des mois. L'on avait peur de quitter son chez soi, et la nuit... seuls les gangs et les inconscients s'aventuraient dehors.

Le silence était donc épais, à couper au couteau, et il fut à peine troublé par des pas qui résonnèrent quelques minutes avant de cesser. Debout au milieu de la place, plantée devant le panneau d'affichage, Lélia se sentait étouffer. Oppressée par ce silence omniprésent, par ces tensions qui faisaient trembler même les enfants les plus insouciants, elle se renfermait sur elle-même. Recroquevillée sur ce vide qu'elle ne savait combler. Oh, les incidents, les combats, les folies, tout cela lui fournissait certes quelque adrénaline dans l'immédiat mais la grisante sensation de perte de contrôle était rapidement remplacée par le rappel écrasant de ses responsabilités. Ces enfants effrayés, ces ados exaspérés, tous avaient confiance en les Guardians pour ramener l'ordre. Elle ne pouvait s'absoudre de ces espoirs qu'ils plaçaient en eux. Elle n'arrivait plus à égoïstement profiter de l'agitation provoquée par la guerre.

Elle volait, autrefois, la Lélia. Elle laissait derrière elle le monde et ses entraves, le vide, le sang et les larmes. Un shoot et elle n'était plus elle-même. Une piqûre, une pilule, un verre, et elle abandonnait tout derrière elle, sans se préoccuper de quiconque autre qu'elle-même. Une folie, de l'adrénaline, et elle se dissolvait dans le ciel pour quelques minutes d'oubli.
Et puis... Elle avait eu un déclic. L'inquiétude d'Avril lorsqu'elle cessait de s'alimenter, les regards pensifs d'Alekseï lorsqu'elle l'avait croisé en pleine descente, les remarques des uns et des autres... Tout cela s'ajoutait et faisait plus dans sa psyché que les sermons de son père, autrefois. Non qu'elle se sente prête à arrêter, au contraire. Le vide la tourmentait plus que jamais et rien ne semblait désormais vouloir le combler. C'était inquiétant et dangereux. Elle en avait même failli compromettre sa couverture, en paraissant dans le parc alors qu'elle ne maîtrisait plus grand-chose.

Danger, danger, danger, hurlait sa conscience. Piégée entre le précipice qui s'ouvrait derrière elle, la poussait à aller toujours plus loin dans la recherche de sensations, et le mur menaçant de la réalité. Être découverte, emprisonnée peut-être ? Elle ne pouvait se le permettre. Alors, rester là, immobile, à attendre qu'une faille s'ouvre sous ses pieds ? Un immense soupir lui échappa, tandis qu'elle serrait ses bras autour de son corps, s'étreignant elle-même presque désespérément. Le silence lui résonnait aux oreilles. Oh, cet insupportable silence ! Le cri qui s'échappa de ses lèvres, presque clandestinement, transperça la nuit. Aigu, il résonna quelques instants puis finit étouffé.

Brutalement, la jeune femme se laissa tomber à terre. Agenouillée dans le sable rouge, elle laissa échapper une plainte étranglée. Pas bien, elle ne se sentait pas bien. La tête lui tournait, ses oreilles bourdonnaient. Ses mains rencontrèrent le sol, ses doigts fins fouillèrent le sable, à la recherche de quelque chose qui la sauverait. Depuis combien de temps n'avait-elle pas pris le temps de manger ? Elle ne s'en souvenait pas. Elle avait vaguement dû prendre un sandwich à la cafétéria ce midi-là, mais son corps mince semblait brûler les calories plus vite que la lumière et ça n'avait visiblement pas suffi. Un sucre, un bonbon. Avait-elle quoi que ce soit pour réussir à se relever ?

Vides vides et encore vides, ses petites poches ! Pas le moindre aliment à se mettre sous la dent. Autant s'allonger un peu, dormir... Oh, ces étoiles qui tournoyaient, comme c'était joli ! Cela lui rappelait la berceuse que lui chantait son père, quand elle faisait un cauchemar... D'ailleurs, à proprement parler, sa situation était proprement cauchemardesque, et méritait bien une chansonnette. D'autant que, elle en était sûre, la lune venait de lui faire un clin d'oeil. En réponse à cette marque de confiance magnifique l'astre à la pâle lueur, sa voix s'éleva. Frêle, hésitante, sur le point de se briser, elle lança un tremblant hommage à une étoile choisie au hasard :

"Then the traveller in the dark,
Thanks you for your tiny spark,
He could not see which way to go,
If you did not twinkle so.
Twinkle, twinkle, little star,
How I wonder what you are."


Laquelle sembla apprécier, puisqu'elle se couvrit le visage d'une écharpe de nuage. Gênée, l'étoile ? Un rire clair monta jusqu'à l'astre timide, suivi d'une apostrophe certes un peu étrange :

"Hé, l'étoile ? Mon étoile, ma petite étoile... Tu n'aimes pas ma chanson ?"

Allongée au sol, les bras en croix, elle riait sans vraiment pouvoir s'arrêter. Elle n'était même pas sous l'emprise d'une quelconque substance chimique. Non, simplement en manque de sucre. Tout lui paraissait absurde, d'un comique irrésistible. Elle ne se calmait pas, et ce furent des pas qui crissaient sur le gravier qui la firent taire quelques secondes, juste le temps de laisser échapper à l'adresse du nouveau venu :

"Hé, mon royaume pour un sucre ! Vous êtes là depuis longtemps, monsieur le mystérieux inconnu ?"

Et elle repartit à rire doucement. Sans glousser comme une poule, elle laissait juste s'envoler les éclats d'un rire perlé. Plus aucune importance, qu'on l'ait surprise ainsi. Tout lui paraissait tellement ridicule que maintenir le secret sur sa double était désormais futile. Une seule priorité était devenue absolue : le sucre. Il lui fallait du sucre.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous
Invité

Invité


Psychédélisme de minuit [Libre, à voir par mp] Vide
MessageSujet: Re: Psychédélisme de minuit [Libre, à voir par mp] Psychédélisme de minuit [Libre, à voir par mp] Icon_minitimeLun 25 Avr - 13:47

La nuit était depuis longtemps installée. Plus un bruit, plus une personne ne respirait dans les rues sombres de Hope District. Seule une jeune fille blonde se promenait, sans se soucier du danger. Il y avait déjà deux semaines qu'elle n'était pas sortie. Elle n'avait pas osé mettre le bout de son nez dehors, de peur et de fatigue. Oui, elle se souvenait encore de son aventure à la forêt et aussi de l'accident à la bibliothèque. Bloody Lane devait la chercher, mais il ne l'attraperait pas. Même si le meurtre semblait être commis de sa main, elle n'avait tué personne. Pourtant, elle n'avait prévenu personne sur son innocence. Elle savait qu'un certain "Ange de la Mort" avait tué le Winter Blood. Mais, elle était bien la seule à le savoir. Quand elle était rentrée de la bibliothèque, sa conscience était partagée entre tout dévoiler ou garder le silence.
Et là encore, elle ne savait que faire. Ses pas l'avaient portée devant la Mairie, comme pour lui donner une réponse. Elle cherchait vainement un moyen de soulager son âme, son coeur. Avait-elle décidé finalement de s'exprimer sur le tableau d'affichage. En avait-elle seulement le courage ? Depuis ses débuts sur Esplumoir, elle n'avait eu la moindre occasion d'hésiter. Quand son instinct lui disait "mêles-toi de ce qui te regarde", sa curiosité prenait le dessus. Elle se laissait alors entraîner dans de dangereuses excursions. Et elle s'en était toujours sorti grâce à son intelligence et au soutient de ses amis. Mais là, elle n'était pas ressorti de sa dernière aventure sans problèmes. Elle s'était sûrement mise à dos tout Bloody Lane pour le mystèrieux meutre de la Bibliothèque maudite. Comment avait-elle pu rester si longtemps en sachant ce qui s'était réellement passée ? Si elle n'avait pas été là au moment de l'arrivée des autorités du quartier...elle serait en sécurité pour un moment.
Elle avait bien un témoin qui pouvait démentir les accusations sur sa tête. Cependant, c'était un vrai lâche ce Cornel. Jamais il ne prendrait le risque de plonger une nouvelle fois dans une affaire pareille ! Voilà, elle avait fait le tour de ses doutes, de ses réflexions. Maintenant, elle marchait seule de nuit en contournant maintes fois la Mairie.
Au bout du cinquième tour, elle entendit une voix proche d'elle sans remarquer la personne. C'était une voix féminine qui apparement parlait dans le vide ou l'avait confondu avec quelqu'un d'autre.
Elle s'avança pour pouvoir répondre à ses attentes. Elle vit alors une demoiselle riant très doucement. De longs cheveux châtains tombaient sur ses épaules. Elle venait de lui parler de "sucre". Akisa ne comprenait pas ses paroles. Mais pourtant, elle s'adressa à elle, sans prudence particulière. Elle ne savait pas si elle était au courant de son soit-disant méfait, ainsi elle n'en avait que faire de prendre des risques. De plus, cette personne lui semblait familière de visage. Elle l'avait sûrement aperçue de loin dans les rues de Feathers Road. Elle était de chez elle, ce qui la rassura un peu. Mais, quelque chose la dérangeait. Un certain Philipp lui avait parlé d'elle selon ses souvenirs...elle était...


- Bonsoir ! Je ne comprends pas ce que vous dites. Je suis une demoiselle, pas un monsieur.

*Je ne sais même pas si elle regarde la même direction que moi. Je n'aurais jamais pensé voir quelqu'un à une heure pareille...*

Elle voulut demander à la jeune file de répondre à ses interrogations. Que venait faire le mot "sucre" dans une phrase ? Et surtout qui était-elle ? Que faisait-elle ?
Sa curiosité l'avait une fois de plus prise d'assaut. Elle finissait toujours par effacer son instinct conservateur. Même si elle avait de graves ennuis, elle continuait d'agir comme à l'habitude. Décidement, Akisa resterait toujours comme cela. Elle serait à jamais une fille partager entre sa raison et ses envies. Ses désirs prendraient le dessus automatiquement. Elle n'allait sans doute pas avoir la vie facile jusqu'à sa mort...Pourtant, Akisa venait de comprendre qu'il était inutile de lutter contre elle-même. Cela n'arrangeait pas ses problèmes. Au contraire, cela ne faisait que les aggraver.
Elle posa donc ses premières questions, sans hésitation.


- Vous parliez de "sucre", n'est-ce pas ? Pourquoi ? Que faites-vous ici ?

Elle n'en avait pas fini avec son questionnaire. Toutefois, elle se laissait le temps de respirer et à son interlocutrice de répondre : c'était un de ses principes de ne jamais précipiter les choses, malgré la difficulté à respecter celui-ci en toutes circonstances.
Pendant l'attente d'Akisa, celle-ci regardait le ciel aussi sombre que sa vie elle-même. Comment régler son problème avec Bloody Lane...


[Voilà, j'espère que mon post te convient, malgré qu'il soit assez court. ^_^]
Revenir en haut Aller en bas

Psychédélisme de minuit [Libre, à voir par mp]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
— Esplumoir ; ::  :: 
La décharge
 :: Rps
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit