Forum en pause. Voir ICI.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Jeu 16 Juin - 21:25

Elle devait l'avouer, elle pouvait être stupide. Se promener dans la rue d'un autre quartier que le sien était purement et simplement débile, surtout que la guerre des quartiers battait son plein... Mais elle avait juste une envie de voir autre chose que les rues de son quartier.

Ce jour là, Aneko était habillée d'un jean simple, pas trop sombre, d'un haut à manche longue, avec une capuche, et des chaussures à talons fermés. Elle aimait bien la simplicité, surtout quand elle se baladait ailleurs quand dans Feathers Road... Elle avait donc attachée ses cheveux, en chignon, en laissant quelques mèches tomber sur les côtés, ce qui donnait un style décontracté qu'elle recherchait. Cependant, quand elle arriva dans les premières ruelles du quartier des roses, elle mis sa capuche sur la tête, mis ses écouteurs dans ses oreilles, puis mis son baladeur dans sa poche, et laissa ses mains dans ces dernières. Elle tournait dans les coins, laissant ses pieds la mener là où ils voulaient, et arriva dans une rue remplie de monde. Se fondant dans la masse, personne ne la remarqua, et elle pu ainsi avancer sans problèmes. Tournant un peu la tête à droit et à gauche, elle vit alors un endroit qui l'interpella. Elle s'approcha sans presser le pas, et arriva devant la porte d'entrée. La jeune fille était devant un endroit où l'on buvait du thé. De toute sorte. Restant sur place un moment, elle ne sut quoi faire. L'endroit l'attirait, et elle mourrait d'envie d'aller voir ce que proposait cette salle, voir tous ce qu'ils proposaient en thé, mais d'un autre côté, elle risquait d'être repérée si elle entrait et ne faisait pas attention... La tentation prit le dessus, et ce fut ainsi qu'elle entra discrètement dans la pièce.

Il y avait du monde, mais personne ne fit attention à elle. Elle regarda donc s'il y avait une table de disponible, et vit alors ce qu'elle cherchait, là où elle voulait en plus. Elle traversa la salle silencieusement, et alla s'asseoir sur une chaise à la table qu'elle avait repérée. Gardant tout de même sa capuche sur la tête, au cas où on remarquerait sa présence, elle regarda dans le livret, déposé sur la surface lisse et douce du meuble, ce que proposait ce charmant endroit en matière de thé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 59
Age : 24
Date de naissance : 17/08/1994

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Ven 17 Juin - 19:14

Une petite pâquerette, une deuxième petite pâquerette, encore une autre petite pâquerette... Et voici un bracelet de petite pâquerettes. Mes deux yeux perplexes se posent sur la réalisation ô combien artistique que mes mains viennent d'achever. Les fleurs sont déjà en train de faner. C'est vraiment fragile ces petites choses-là. Et j'ai vraiment que ça à foutre, sérieusement.

Il faut que je fasse quelque chose de ma journée parce que j'en suis à mon quinzième bijoux en pâquerette. Pour éviter l'extinction de l'espèce sur Esplumoir et aussi pour préserver mon âme, je me lève et part me promener au hasard des rues. Il faut pas que je sorte de l'Avenue des Roses aujourd'hui sinon je vais morfler, j'ai entendu que ça avait un peu péter entre je sais plus quels quartiers alors dans le doute, je vais pas prendre de risque inconsidérés. Je suis bagarreur, mais ma vie est précieuse quand même. Dans ce quartier, partout où l'on va, on trouve des trucs trop colorés et surtout, surtout, pleins de plantes. Fallait pas que je m'attende à autre chose dans un endroit pareil, mais j'avoue que ça me donne un peu la nausée à force. C'est dans ces moments là que j'aurais bien besoin de m'en aller vers autre part. Quelle idée j'ai eu de venir habiter ici moi encore. J'aurais du me coller en ermite au bord de la mer ou limite me trouver un désert à la con pour m'installer tranquille à méditer comme je veux. Puis je m'entraînerais à nager, comme ça un jour je pourrais m'en aller d'ici et retrouver ma famille. Ma mère, ma petite sœur et mon papa. Enfin je dis ça, mais maintenant que je me traîne ici depuis deux ans je serais vachement triste de partir. J'ai comme une petite famille ici maintenant et puis des super potes. Bon OK il y a deux trois chiasses qui traînent, mais bon ; y a Erwan pour compenser... N'importe quoi !

Tiens en parlant de chiasse, je crois en reconnaitre une dans la Tea Room. Elle se cache derrière une capuche, mais je l'ai reconnue la petite. Je l'ai croisée une fois, elle était habillée de manière provocante donc je lui ai collé une rouste verbale. Je crois qu'elle me déteste, c'est à peu prêt réciproque d'ailleurs. Enfin c'est pas comme si je pensais grand chose d'elle. Si je ne me trompe pas son nom c'est Aneko. Aller, j'ai rien d'autre à faire, je sens que je vais l'enquiquiner un petit peu. C'est parti.

J'entre sereinement dans le bâtiment. Les odeurs m'enivrent déjà les narines, moi qui y suis devenu plus sensible ces derniers temps à cause de mon métier. Je m'approche tranquillement de la table, comme si de rien n'était. Elle est penchée sur la carte et semble hésiter. Je suis jamais trop venu ici alors je ne peux rien lui conseiller, mais bon, on va y aller au bol. Je pose mon doigt sous son nez pour pointer quelque chose sur la carte.

- Je te conseille ça si tu sais pas quoi prendre.

D'accord si cela se trouve c'est même pas elle, mais bon. Au pire ça fait une nouvelle rencontre et ça occupe.

Sans demander je m'assied en face d'elle et peut voir clairement son visage. Oui c'est bien Aneko. Je lui adresse donc mon plus grand sourire et lui fait un petit signe de main qui signifie "coucou".

- T'es bien habillée aujourd'hui à ce que je vois. Tu fais des efforts, c'est bien, je suis fière de toi.

Ouais, ça va lui faire une belle jambe que je sois fière d'elle, mais ça m'amuse. J'ai hâte de voir sa réaction. Est-ce que je risque le coup de poing ou pas..?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Ven 17 Juin - 20:33

Laissant son regard se promener sur les différents thé proposé, elle fut soudainement interrompus par.. Un doigt posé sur la carte, montrant comme proposition de thé, celui à la crème brûlée... Elle plissa les yeux un moment, puis leva les yeux. Non. Pas lui. Pas maintenant. Un grand sourire sur la face, il arbora un air content, en lui disant qu'il était fière d'elle car elle s'habillait plus proprement. Mais qu'est ce qu'elle en avait à faire ce que pensait ce maudit Jad' ?

Leur première rencontre se fit dans la rue, il faisait chaud, ainsi, elle portait donc une tenue ouverte, mais pas trop. Ayant ses écouteurs dans les oreilles, elle avait tout de même baissé le son quand elle vit le jeune homme parler. Pour critiquer sa manière de s'habiller. Depuis, elle ne pouvait tout simplement pas voir le jeune homme. Elle ne pouvait pas le sentir. Même si elle savait qu'il aimait emmerder son monde.

Elle posa doucement le menu sur la table, fixa le jeune homme droit dans les yeux, puis ouvrit la bouche.

" - Tant mieux pour toi. Maintenant si t'as autre chose à faire, laisse moi tranquille. Ta présence n'est que trop favorable pour cet instant de tranquillité que je me suis imposée. Après tout, rien de mieux que de voire un thé pour être en paix non?"

L'ironie se faisait sentir aussi bien que l'odeur de thé dans cette salle. Elle ne devait pas se faire remarquer dans ce quartier, donc elle devait être assez maligne... Même si elle aurait tout donnée pour ne pas être avec cet imbécile. Ainsi, elle sourît aussi, mais d'un sourire ironique, avec une expression ironique et un regard ironique. Elle devait faire en sorte de ne pas s'énerver, tout en persuadant ce type de lui foutre la paix. Même si elle savait bien que cela n'allait pas être facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 59
Age : 24
Date de naissance : 17/08/1994

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Dim 19 Juin - 20:33

Évidemment elle n'est pas contente de me voir. Cela se comprend lorsque l'on sait comment a tourné notre seule et unique rencontre, mais elle vous l'a mieux expliqué que moi dans son post précédent. Et ouais, je suis omniscient du dimanche soir. Cette blague est nulle, passons. Je crois qu'elle cherche mes yeux, histoire de me lancer une sorte de défi ou je ne sais trop quoi. Heureusement que je suis mal coiffé, ça lui rend la tâche plus difficile. Vas-y pour chercher un élément de mon visage dans cette énorme touffe que je me trimballe. Bonne chance petite.

Elle ne se gène pas pour me faire comprendre qu'elle veut que je lui fiche la paix. Comme je la comprends, je dois être vraiment pénible parfois, mais bon... Ça me plait alors je ne suis pas prêt d'arrêter. Je ne me souviens plus tellement d'où me vient cette envie d'être sans-cesse en situation de conflit. Sûrement parce que je me noie dedans depuis l'enfance, vivre sans me mettrait mal à l'aise. Le lieu de paix c'était la maison, quand j'étais dans les bras de maman ou que je m'amusais avec ma sœur. C'est comme si j'avais tenté de tout recréer ici. Les conflits et la paix. Plutôt bien réussit je dois dire. Enfin ce n'est pas le moment de philosopher sur la manière dont j'ai fais ma vie ici, il faut plutôt faire face à la demoiselle qui me lance un regard assassin. Si elle avait eu des mitraillettes à la place des yeux, j'aurais fini comme ce pauvre américain là, celui qui avait provoqué les jeunes de la zone. Une vraie passoire le mec.

- Puisque tu m'invites si gentiment, et comme je n'ai rien de mieux à faire car sinon je ne serais pas en ta compagnie dans un endroit pareil, j'accepte de prendre un thé avec toi.

Voilà, ça c'est fait, tu ne te débarrassera pas de moi avec quelques petits sous-entendus. Je suis plus coriace que j'en ai l'air. Après la guerre, plus rien ne me fait peur.

J'interpelle une serveuse et lui fait prendre commande, demandant un truc au hasard pour Aneko. Je sais que ça risque de l'énerver, c'est le but. Surtout s'il s'agit d'une saveur qu'elle n'aime pas. La demoiselle nous sourit et part préparer ce que je lui ai demandé. De nouveau face à face avec ma "très chère amie", je pose les coudes sur la table pour pouvoir reposer ma tête sur mes mains. Je sens mon épaules mal recousue se tendre à cause de cette position, mais tant que cela ne me fait pas mal je ne vais rien dire. De toute façon si tout le bordel tombe maintenant, le médecin que je trouverais pour remettre les choses en place serait forcément plus compétent que l'alcoolique qui m'a fait ça.

- Bien sûr je ne paie pas pour toi. Notre relation ne permet pas de tels sacrifices à mon porte-monnaie. Déjà que j'aime pas trop le thé...

Je tente de sonder son regard, voir ce qu'elle pense profondément de moi. Certainement je l'enquiquine au plus haut point et elle voudrait me voir disparaître là, tout de suite. Je veux sentir cette tension dans l'air, comme si j'allais pouvoir l'empoigner en tendant le bras et me l'approprier pour toujours en garder un peu avec moi. Si tel était possible, je n'aurais pas besoin de m'engueuler avec la première personne que je croise tous les jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Dim 19 Juin - 21:09

Il accepta de prendre le thé, ignorant les sous entendue de la jeune fille. Elle ne laissa cependant rien paraître, juste un regard las, une expression calme. Elle savait qu'il voulait la voir craquer, sauf que ce n'était pas près d'arriver. Aneko était de nature calme et patiente. Et savait très bien garder son sang froid quand il le fallait. Et là, le moment était très bien choisis. Il commanda du thé, et la jeune fille ne fit aucune remarque. Il faisait ce qu'il voulait, il n'y avait quasiment aucune saveur que la jeune fille détestait. Etant donnée sa nationalité, elle avait un peu goûtée de tout. Puis, il mit ses coudes sur la table pour poser sa tête sur ses mains.

"- Bien sûr je ne paie pas pour toi. Notre relation ne permet pas de tels sacrifices à mon porte-monnaie. Déjà que j'aime pas trop le thé..."

Elle ne broncha même pas. Son expression calme restait la même, et elle ne comptait pas s'en départir tout de suite. Elle croisa les jambes sous la table, puis regarda ailleurs, pour voir quel thé préparait la serveuse. Elle plissa les yeux, puis soupira et revint vers son interlocuteur.

" - De toute façon, je n'ai pas besoin que tu payes pour moi. Mon travail me rapporte assez pour que je puisse m'acheter un thé quand je le souhaite. Mais si tu n'aimes pas boire le thé, pourquoi tu restes ici? Alors que tu pourrais aller ailleurs, dans des endroits plus intéressants que celui là?"

Elle trouverait un moyen de le faire partir. Mais elle devait le faire discrètement. Elle devait utiliser ce qu'elle savait sur lui pour faire en sorte de trouver un moyen de le faire déguerpir. Sauf qu'elle le connaissait à peine. Donc, c'était foutue d'avance. Mais elle ne céderait pas. Là, il pouvait faire tout ce qu'il voulait, elle ne s'énerverait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 59
Age : 24
Date de naissance : 17/08/1994

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Lun 20 Juin - 19:42

Décidément, elle n'a pas l'air décidée à s'énerver. C'est vrai qu'en y repensant, lors de notre première rencontre elle avait aussi fait preuve d'un sang froid hallucinant dont j'avais eu un peu de mal à me remettre. Malgré toutes les critiques qu'elle avait pu m'entendre dire sur sa personne, elle avait simplement froncé un sourcil, ou presque pas. Ça doit être pour ça que je ne l'aime pas non plus, elle n'a pas les réactions que j'attends d'elle, ça m'énerve, je déteste ça. Pourtant lors de notre première rencontre elle avait tout de la fille superficielle type que je ne peux pas supporter. Pourquoi ? Pourquoi ? Elle m'énerve de plus en plus, tien. Si c'était pas une fille je lui en claquerait bien une sans raison, histoire que les emmerdes arrivent plus vite. Elle veut pas se faire faire une opération pour se greffer un truc entre les deux jambes ? Non, parce que tout serait plus simple, je veux bien la lui payer moi l'opération.

Je crois qu'elle me parle, elle me demande pourquoi je reste ici si j'aime pas le thé, si j'ai pas quelque chose de mieux à faire. Bah non justement, j'ai que ça à foutre. Pourquoi je resterais en sa compagnie sinon ? Franchement ? Cette fille doit avoir un peu de mal à connecter ses deux neurones. Ou alors elle n'en a qu'un seul, je sais pas.

Le thé arrive vite, au moins le service est très bon, rapide et efficace. Et il faut croire que c'est ce que j'ai commandé, je ne m'en souviens même plus tien. Je mets le sucre dans le mien, beaucoup de sucre, histoire d'estomper le goût dont je ne suis pas sûr. J'imagine que ça doit être un truc comme "pétale de rose" ou "tulipe de printemps", quelque chose de complètement gland dans le même style. Les fleurs c'est fait pour le parfum, point barre. C'est pas fait pour en boire.

- Alors je t'ai pris quoi ?

Oui, il faut au moins faire semblant de m'intéresser sinon la dialogue va être d'un ennui mortel. D'ailleurs, si je lui demandait pour l'opération, ça pourrait être très fort aussi. Allez, je bois une petite gorgée, fais une grimace parce que décidément c'est pas mon truc et lui pose la question :

- Et donc, ton opération pour le changement de sexe c'est pour quand ?

Et ceci dit sur le ton de la conversation la plus badine. Je me marre intérieurement, il faut que je me retienne d'exploser de rire maintenant sinon la conversation n'aboutira à rien d'autre, peut-être un thé dans la figure, mais rien de plus intéressant et constructif.

Allez Aneko, énerve-toi je t'en prie, énerve-toi pour mon bon plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Lun 20 Juin - 20:06

Décidément, il était bien décidé à faire en sorte qu'elle s'énerve.

"- Et donc, ton opération pour le changement de sexe c'est pour quand ?"

Elle souriait. Quelle question bête. Un changement de sexe? Pourquoi faire... Elle aimait bien être une fille. Cependant, elle répondit à la question par une remarque qui lui vint à l'esprit le moment même.

" - Tiens, j'allais justement te poser la question. Parce que vu comment tu te comporte, on dirait plus une gamine qui veut avoir à tout prix ce qu'elle veut, quitte à faire des trucs qu'elle aime pas, plutôt qu'un gars qui veut faire chier son monde. Alors permet moi de douter que t'ai un truc entre les jambes."

Elle regarda la tasse de thé et sentit l'arôme de ce dernier.

" - Hm... merci au fait, tu as pris justement un thé que je voulais. Le thé au caramel. Comme quoi, tu peux avoir de bon goût."

Elle pris sa tasse entre ses mains, et souffla un peu dessus pour le refroidir, puis bu une gorgée. Hm... tout simplement exquis. Elle était calme et détendu, prête à recevoir la salve de commentaires de Jad, elle soupira d'aise. Ce thé était presque aussi bon que son café favoris. Presque. Mais il n'était pas loin derrière. Juste après le thé à la crème brûlée. Elle regarda le jeune homme, qui avait mis une tonne de sucre dans sa tasse, et ne fit aucune remarque désobligeante. Après tout, il faisait ce qu'il voulait. Mais mettre trop de sucre dans un thé de ce genre n'était pas vraiment une bonne idée...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 59
Age : 24
Date de naissance : 17/08/1994

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Ven 24 Juin - 2:34

Une gamine ? Si elle veut, après tout il n'est pas bien difficile de faire le rapprochement entre mon comportement et celui de ce qu'elle désigne. En apparence c'est même tout à fait cela, un comportement de petite fille qui embête sa grande sœur ou je ne sais qui. Je vais finir par lui demander de me prêter son maquillage de grande fille pour faire comme les dames. Moi en fille, se serait encore plus terrifiant que tout ce qui aurait pu être vu sur cette île. Il faudra que j'essaye un jour, histoire de rigoler un coup et qu'ensuite j'aille tout raconter à cette chère personne qui veut tout savoir sur tout. Il va en baver, se sera joussif. Enfin, il faudrait d'abord que je choisisse soigneusement des vêtements appropriés : hors de question de mettre une mini-jupe et un décolleté. Non se sera une tenue d'écolière, histoire de bien faire gamine, avec la jupe qui descend jusqu'au dessous du genoux au moins, les manches longues et le petit béret parce que c'est trop l'air con de porter cette pomme de terre dégonflée sur le crâne. Y a bien que les français pour adopter ce genre de manie.

"Je peux avoir bon goût" qu'elle dit... Est-ce qu'elle m'a regardé ? Outre le fait que je viens de me découvrir des tendances au travestissement, je laisse mon apparence approcher de celle du yéti sans rien faire pour contrer le phénomène. Je pourrais très bien m'épiler un peu le torse, arranges mes cheveux, soigner ma barbiche et arrêter de m'habiller à la one again si je le voulais. Et bien non, moi j'ai choisi de rester un ours jusqu'à la fin de ma vie. Les poils ça protège du froid l'hiver, les cheveux font pare-soleil, la barbiche elle pousse bien comme elle veut tant que je la bouffe pas et les fringues tant que ça couvre correctement ce qui ne doit pas être montré, il n'y a rien à ajouter. Mais Aneko parle certainement de mes goûts en matière de nourriture ou boisson puisque ici il s'agit d'un bête thé. Il faudrait que je lui dise que c'est pas bien brillant de ce côté-ci non plus. D'accord je respecte ma religion, je mange cachère et je fais le ramadan, soit... Mais boire dans le fleuve c'est pas très, comment dire, civilisé. J'avais soif, il y avait de l'eau qui passait, je suis pas une lopette, alors j'ai bu. Normal. Enfin tout cela pour dire que question bon goût je ne suis pas un exemple à suivre. D'ailleurs qu'est-ce que le "bon goût", c'est vachement subjectif comme terme... Mais je ne suis pas philosophe alors je ne vais pas m'étendre sur le sujet. Je préfère m'étendre sur la table.

Les bras en étoile qui pendent sur les côtés de la surface sphérique trop petite pour soutenir toute ma masse d'abominable homme des neiges, je tourne la tête sur le côté, histoire de voir si une baffe va m'arriver dans la figure ou non. En plus je n'ai même pas fait cela dans le but d'enquiquiner qui que se soit. Juste je suis fatigué alors je profite du napperon bien confortable qui orne la table. Presque aussi doux qu'un pamplemousse.

- T'as encore la place pour ta tasse, c'est bon ?

Je ne demandais pas cela dans le but de l'énerver un peu plus, je m'inquiétais juste pour l'établissement et moi-même : si je renversais et cassait un de leurs ustensiles ils allaient devoir en racheter et j'allais être forcé de revenir boire ici et dépenser son argent si durement gagné. C'est très difficile d'aller cueillir des fleurs et ensuite les transformer en parfums, il faut pas croire que c'est un boulot peinard à la portée de n'importe qui. Il faut accepter de se laisser pourrir le nez, parfois, lorsque les mélanges ne sont pas terribles ; braver les orties pour récupérer la perle rare et au final risquer de se couper les doigts en ramassant les bouts de verres nécessaires à la réalisation des jolis petits flacons que ces demoiselles aiment tant. Oui je peux modeler le verre, mais non je peux pas le ramasser par la force de la pensée.

- Les filles... Vous êtes pénibles tout de même.

C'est pas la première fois que je le constate, mais j'ai vraiment éprouvé l'envie de le dire là, maintenant. Vraiment, c'est chiant une fille quand on y regarde bien. Je ne vais pas lister ici la liste de tous mes arguments, mais je ne vais pas nier qu'au fond, c'est supportable deux jours et après on sature. A part quelques rares exceptions comme ma petite sœur et des gens rencontrés ici, tu prends la première qui vient dans la rue et il y a des chances que t'ai envie de la frapper après même pas une semaine de vie commune. Attends elles sont capables de te faire un caca nerveux parce que tu as pris du beurre "Président" et pas celui d'à côté qui donne pas de cholestérol. Comme si les premiers hommes s'étaient fait du soucis pour leur cholestérol... Certes ils ne vivaient même pas vingt ans, mais ils avaient le temps de faire six gosses et étaient pleinement satisfait alors je ne vois pas où est le problème.

... Qu'on soit bien clairs, je ne dis pas qu'Erwan n'est pas chiant. Il est pire qu'une nana, mais je ne vais pas m'étendre sur le sujet, la table c'est amplement suffisant.

- Enfin surtout les filles d'ici et que j'ai pu voir au Portugal. Au lieu de porter la burka vous vous exhibez sans aucune honte... C'est un autre style de vie, certes, mais je peux pas m’empêcher de trouver ça un peu indécent. Et quand on essaye de causer de ce genre de choses vous répliquez direct quelque chose comme "han non mais c'est troooop injuste les gens qui font porter la burka aux femmes ! Les pauuuvres quoi elles sont obligéees alors qu'elles veulent par est puis on est dans un pays laïque, on doit pas exhiber sa religion quoi !".

La citation des jeunes filles d'aujourd'hui est bien évidemment prononcée avec le ton qui va bien. Vous voyez Elie Semoun quand il fait Kévina ? Bah c'est un peu pareil, mais avec l'accent arabe qui va bien. De quoi péter les oreilles à n'importe qui, pire qu'une doubleuse japonaise.

- Et après ça sort dans le jardin en priant dans tous les pays quand il pleut pour la première fois depuis trois mois... Laïque mes fesses oui !

Voilà, mon petit coup de gueule. J'espère qu'elle va trouver de quoi répondre, j'avoue qu'une conversation ne me déplairait pas. Si j'apprends a un peu mieux la connaître, je ne pourrais que mieux l'enquiquiner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Ven 24 Juin - 19:20

Aneko posa sa tasse sur la table, écoutant ce que disait ce type bizarre. Car oui il était bizarre. Un coup il voulait faire en sorte qu'elle se casse, et ensuite, il entamait la conversation. Non mais à quoi il jouait au juste? Elle le laissa terminer, puis soupira, et le fixa. En fait, il ressemblait à... un homme des cavernes. Tout poilu et tout.... poilu. Mais elle était calme, le thé l'avait aidée à garder le contrôle d'elle même. Mais vu qu'il conversait, elle écouta. Mais il critiqua les filles et leur manières de faire. Tout en conservant son calme, elle répondit à l'homme qui semblait être le descendant d'un yéti:

" - Je te signale que les règles ne sont pas les mêmes partout. Il n'y a pas toujours des gens qui font en sorte que les femmes soient couverte de la tête aux pieds, alors qu'elle aussi ont le droit de se montrer si elle veulent. S'habiller comme on le souhaite, c'est ce qu'on appelle une liberté. T'aimerais toi, qu'on te dise de couper tes cheveux et de te raser tout les jours parce que la religion le dit?"

Elle soupira. Ce garçon avait ses opinions après tout. Cependant elle reprit.

"- Et même s'ils se mettent à prier dans un jardin parce qu'il n'a pas plus depuis trois mois, ils n'appartiennent pas forcément à une religion. C'est tout simplement parce qu'ils attendaient qu'il pleuve, et donc, ils sont si heureux que la période de sécheresse soit finie qu'ils prient. Parce que dans ce genre de moments, les gens croient que c'est un miracle. Quand il pleut trop, ou quand il fait trop chaud pendant trop longtemps, les hommes développe du désespoir. Tout simplement parce qu'ils ne peuvent rien faire, dans un cas comme dans l'autre. Quand il fait trop chaud, il n'y a plus rien à cultiver, ce qui fait que les ressources s'estompent. Quand il pleut trop c'est pareil, la terre devient boueux et donc, rien ne peut pousser. Quelque soit le climat, l'homme en dépends pour sa survie. Alors il est tout à fait normale qu'il y en ai qui se mettent à prier dans un jardin ou même dans les toilettes. Pour eux, c'est la fin d'un calvaire, ils croient à une sorte de miracle, ils se croient sauvés, et donc, remercie. Mais comme ce n'est pas un homme qui a fait tombé la pluie, ou apparaître le soleil, ils prient pour un Dieu, n'importe lequel par rapport à leur religion."

Elle reprit une tasse de thé, puis soupira. Elle n'aimait pas sortir des discours de ce genre, elle avait l'impression d'être un genre de "Madame-je-sais-tout", mais elle s'en fichait. Elle reposa ensuite sa tasse, puis regarda et répondit à sa précédente question, assez étrange d'ailleurs.

" - Et oui, il y a de la place pour ma tasse."

Elle ne voyait pas vraiment pourquoi il avait posé cette question mais bon. Elle y avait répondue, comme la jeune fille polie qu'elle était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 59
Age : 24
Date de naissance : 17/08/1994

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Lun 27 Juin - 0:55

Cela fait vraiment mal de l'admettre, un peu comme si on me les coupait, mais elle a en partie raison. Je suis juste en désaccord avec elle sur le point de la religion. Les portugais sont de gros catholiques et personne ne viendra m'ôter cela de la tête. Pour le reste, c'est fou ce que je raconte comme idioties quand j'ai une idée en tête, mais qu'on me force à parler d'autre chose. Elle n'est pas si bête finalement, avoir un dialogue constructif avec elle devrait être possible. Enfin, il faut encore trouver de quoi parler, vu le ton pris ici on fonce droit dans un mur. Va falloir discuter d'autre chose. La solution bateau serait de sortir un petit "il fait beau aujourd'hui" ou une mondanité du même genre, mais vu comme notre rencontre se déroule jusqu'à maintenant, l'idée ne me parait pas très judicieuse.

C'est au beau milieu de cette impasse qu'une serveuse se prend magnifiquement les pieds dans un des nombreux tapis dont est pourvue la salle et sa vautre par terre dans un bruit de tasses brisées. Sûrement une débutante, mais la manière don elle tombe en poussant une sorte de râle "aaargh" semblant sorti de la bouche d'une grand-mère est tellement comique que je ne peux m'empêcher de pouffer de rire. C'est beau, c'est magnifique, j'ai bien fait de venir ici. Car il y a différentes manières de tomber. Il y a la chute comique comme ici, mais aussi la nulle. Celle où personne n'a envie de rire car soit la personne s'est fait vraiment très mal ou alors parce que... Ce n'est pas drôle tout simplement. Après cela dépend de la personne qui est témoin de la chose bien sûr, mais certains critères sont universels.

Je me retourne vers mon interlocutrice et lui lance :

- Au moins un peu d'animation.

Après avoir touillé un coup mon thé et bus une gorgée non sans faire une terrible grimace, je jette des regards autour de moi, cherchant ce qui peut bien faire l'intérêt d'un endroit comme celui-ci. C'est joli, un peu, mais cela ne vaut pas de bonnes vieilles dunes de sables. Certes c'est presque aussi chiant que de regarder la mer, mais au moins c'est chaud et on peut s'occuper avec. La mer c'est froid et ça mouille, je déteste ça. Comme ce n'est pas de philosopher sur la mer qui va m'apporter les réponses à mes questions et que je vois en ces dernières une occasion d'avoir un dialogue "constructif" avec Aneko, je m'engage en terrain risqué :

- Qu'est-ce qui te plais dans cet endroit ?

Et cette fois cela m'intéresse vraiment alors j'espère qu'elle va prendre la peine de me répondre correctement ou je coupe toute conversation à tout jamais et elle subira mon courroux jusqu'à la fin de ses jours. Je la ferait tellement chier qu'elle ne pourra plus en dormir la nuit et deviendra complètement folle. Subis ma malédiction Aneko ! Oui subis ! Je suis maléfique ! Ouh, que je suis méchant quand je veux ; on dirait le boss final d'un film américain à la noix. [i]"Il voulait être un méchant, de James Bond", voilà c'est ça... Mais je sais plus d'où il vient lui, tant pis. Du moment que je récupère le rire sardonique ça me va.

[Bouh ! Excuse-moi il est pas bien, il est tout nul, même moi je l'aime pas... Je me rattrape au prochain promis >_<"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Mer 29 Juin - 1:12

Il ne dît rien pendant un moment, ce qui laissait croire à la jeune fille qu'il méditait sur le reste de la conversation. Qu'allait-il faire cette fois? L'embêter encore? Ou bien allait-il converser sur la religion des autres? Ou bien encore autres chose? Elle tapota la table, silencieusement, et leva les yeux au moment où une serveuse se ramassa le sol en beauté. Aneko ouvrit grand les yeux, et laissa échapper un sourire malgré elle. Elle s'était prise dans les tapis avec une telle élégance que cela faisait sourire la jeune fille. Alors que pour la serveuse, ce n'était surement pas drôle pour elle. Elle resta un moment avec le sourire, puis reprit son air calme quand son interlocuteur se tourna vers elle. Elle devait l'admettre, il y avait eu de l'animation. Comme quoi les nouvelles pouvaient se montrer si maladroite... Comme dans les films. Sauf que la réalité était plus drôle.

"- Qu'est-ce qui te plais dans cet endroit ?"

Elle ne le savait pas encore, après tout, c'était la première fois qu'elle venait ici.. Mais répondit néanmoins:

" - C'est la première fois que je viens ici, alors je n'ai pas d'idées fixe sur ce lieu. Mais ce doit être un endroit calme quand il le faut. Déjà je pense que ça me plairait. Après tout, même les personnes les plus extravertis ont besoin de repos quand il le faut. Donc rien de tel qu'un endroit calme où l'on peut tranquillement déguster une boisson, tout en se détendant. Chaque personnes à son coin préféré après, ça peut être un bar ou un casino, j'en sais rien. Mais ce genre d'endroit où l'on peu prendre le thé calmement est agréable pour une personne comme moi..."

Sur ce, elle reprit une gorgée de thé, et fixa le jeune homme. Pourquoi il lui posait ces questions d'un coup? Voudrait-il faire connaissance? Quelle blague. Elle plissa les yeux. Il y avait quelque chose derrière cet intérêt. Elle en était certaine.

[ Pas graves xD tu va te rattraper j'en suis sûre xp ]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 59
Age : 24
Date de naissance : 17/08/1994

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Dim 3 Juil - 19:35

Une personne comme elle. J'en déduit qu'elle est d'un naturel calme et qu'il n'est pas facile de l'énerver. Soit, c'est raté pour aujourd'hui. Si j'étais un gamin, je serais certainement en train de bouder. Une vraie déception que cette fille. Mais je ne ferais pas l'enfant, après tout je suis déjà un adulte. Dire que l'on aurait du fêter ma majorité bien tranquillement à la maison avec la nouvelle famille. Se souvenir du "bon" vieux temps passé, la guerre, mes bêtises, les souvenirs honteux, les autres plus joyeux. Faire exceptionnellement boire un verre à Shéhérazade, pour l'évènement. Qu'elle s'énerve de ne pas être un peu plus grande, me traite d'ours comme elle sait si bien le faire. Pai aurait peut-être voulu m'offrir une voiture, ou une connerie du genre. Je lui aurait dit non, que j'en aurais pas besoin. Jamais je n'aurais voulu m'éloigner de la nouvelle maison, pas tout de suite en tout cas. J'aurais attendu encore un peu de voir, si tout se passe bien. Qui sait, peut-être qu'aujourd'hui le conflit est arrivé là-bas. Peut-être qu'ils sont tous morts cette fois. Si tel est le cas, j'aurais du être avec eux, essayer de les faire vivre avec moi ou alors mourir en même temps. Certes je tiens à la vie comme un crayon à son encre, mais si la mienne peut sauver celle de ma sœur, par exemple, je ne dis pas non... Et je sais que ma comparaison est totalement pourrie, n'en rajoutez pas.

Réfléchir sur le calme me ramène toujours aux tristes évènements dont fut entourée mon enfance. Cette situation de conflit que je devrais pourtant haïr du plus profond de mon être. Je ne comprends pas d'où me vient cette attirance pour les situations tendues. J'ai vu le mal qu'elles pouvaient engendrer ; toute cette souffrance qui couve les rues de Bagdad. Les corps qui passent sur des brancards, les morts en tas sur le bord des décharges, les mutilés qui rentrent pour dire à leurs enfants que tout va bien histoire de préserver leur innocence. Sans succès malheureusement. Je ne comprends pas mon cette attirance qu'il me reste quant à ces évènements funestes. Je devrais plutôt ne plus jamais vouloir en entendre parler, vivre au pays des bisounours. Non. Je dois avoir un truc qui ne fonctionne pas bien dans le cerveau. Il a du se déconnecter pendant que j'étais dans l'armée, je ne vois pas d'autre explication au bordel que c'est devenu.

Supposant que mon interlocutrice attend une réponse à peu prêt construite de ma part, je me contente de lui répondre :

- Le calme ce n'est pas fait pour moi.

Elle est en droit de penser ce qu'elle veut de cette dernière déclaration. Si me considérer comme un adolescent turbulent qui fait une dépression dès qu'il n'a pas sa fête du samedi soir lui fait plaisir, et bien soit. Peu m'importe ce que je peux bien être aux yeux d'Aneko après tout. Pour moi elle n'est rien, et je ferais bien de faire en sorte que les choses soient réciproques. J'ai déjà assez de gens que je ne veux pas blesser avec mes manières sur cette île, rajouter quelqu'un serait extrêmement fatiguant.

- Je ne sais pas si ma présence n'ôte pas son statut d'endroit calme à ce salon de thé. Au moins pour toi.

Constatation qui vient de surgir dans mon esprit. Si elle arrive à faire abstraction de ma présence, bien que je ne sois pas très turbulent physiquement, c'est qu'elle est douée d'une très grande force d'esprit. Je serais bien obligé de lui reconnaître au moins cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Mar 5 Juil - 16:29

Elle ne fit aucune remarque à ce que disait le garçon. Bah, cela ne l'étonnait guère qu'il n'était pas du genre calme, et qu'il n'aimait pas ça non plus. Mais bon, après tout, peut-être qu'il n'avait pas vécue dans ce genre de milieu... Enfin, Aneko non plus, vu que pendant une grosse période de sa vie, elle était instable, et donc, rarement calme. Mais elle avait finie par se calmer, et à aimer ce genre d'ambiance calme et apaisante, voir reposante.

" - Venant de toi, ça m'étonne pas que tu n'apprécie pas ce genre d'ambiance."

Elle repris une gorgée de thé, la dernière, et reposa sa tasse. Le thé n'avait pas d'effet calmant, au contraire. Mais elle, cela la calmait. Allez savoir pourquoi... Son interlocuteur lâcha une autre phrase, et elle passa une main dans ses cheveux, qui tombaient devant ses yeux.

" - Du moment que tu ne fais que parler, c'est un endroit calme. Un endroit devient bruyant à partir du moment où il y a trop de bruit, au point de ne plus s'entendre penser. Mais malheureusement pour toi, je m'entends encore penser..."

Elle regarda l'heure sur l'horloge et lâcha une expression... indescriptible. Le temps était passée lentement, mais heureusement pour elle, personne ne l'avait encore remarquée. Pour le moment. Ainsi, elle soupira, pas de fatigue ou autre, mais parce qu'elle n'avait rien à faire. Alors, elle prit le menu pour les thés, et se demanda lequel elle allait prendre. Il y avait tant de saveurs différentes! Et elles avaient toutes l'air très bonne... Elle plissa les yeux, ne sachant quoi choisir. Hm...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 59
Age : 24
Date de naissance : 17/08/1994

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Dim 10 Juil - 21:11

Parce qu'elle connait des choses sur moi ? Je me demande d'où elle pourrait tenir des informations sur ma personne. Elle a sûrement pu déduire deux ou trois choses de nos deux petites rencontres express, mais au ton qu'elle prend j'ai l'impression que beaucoup de chose se sont dites sur moi. Pourtant je n'ai pas l'habitude de parler de moi à grand monde ; sauf exceptions. Quelques petits exceptions. J'ai pas de preuve, et ce n'est certainement pas lui, mais ça me fait une très bonne raison d'aller embêter Luca, pour une fois. Je jubile à l'idée seule de lui donner toutes mes impressions sur le thé d'aujourd'hui ; à savoir sa couleur, son goût, sa température, la tasse dans laquelle il fut servit, s'il y avait le petit chocolat avec, les décorations sur le chocolat, le mariage entre les deux, la manière dont j'ai tenu la tasse... Un sourire vient se loger sur mes lèvres tandis que je pense à toutes ces perspectives d'avenir réjouissantes. Après cette rencontre il va falloir que je fasse un petit saut à Feather Road, histoire d'essayer de trouver ma cible. Et si je ne le voit pas, se sera pour la prochaine fois et j'aurais encore plus de choses à dire. Pour le moment je vais continuer à me concentrer sur le cas Aneko, jeune femme vraiment très calme.

Sa description de l'endroit bruyant me parait un peu... Étrange. S'il faut attendre que nos oreilles soient bouchées de l'intérieur pour ne plus s'entendre penser, cet endroit calme pourrait toujours l'être lorsqu'une fanfare traverserait le salon de thé de long en large, passant à dix centimètres de notre table. Ensuite un homme inconnu viendrait s'égosiller sur des chansons paillardes. Si les deux ne sont pas en même temps, on peut toujours s'entendre penser. A mon humble avis. A moins que les oreilles d'Aneko ne soient pas constituées comme les miennes et qu'elles soient plus sensible. Alors un tambour suffirait pour créer un endroit bruyant. Quoiqu'il existe une autre possibilité : les parades militaires ne produisent pas le même nombre de décibels que les autres.

Elle a terminé son thé, apparemment elle souhaite en prendre un autre. Moi qui ait également terminé le mien au prix de grands efforts, je ne compte me replonger le nez dans le menu de sitôt. Les trucs british c'est pas pour moi. En plus ce mot me fait penser aux petits chiens pleins de poils à leur mèmères. Ceux avec les rubans entre les deux oreilles pour faire des choupettes. Il faudrait expliquer à ces vieilles femmes que le fait que leurs petits enfants refusent de se coiffer ainsi par peur du ridicule ne les autorise pas à faire subir une humiliation à leurs animaux de compagnie. Même si je déteste toutes les bestioles, il y a des limites au ridicule animalier ; ils ont déjà l'air assez bêtes tout seuls.

Alors que je m'apprête à parler de la pluie et du beau temps avec mon interlocutrice pour voir sa réaction, que j'espére négative, lorsqu'un murmure vient titiller mes tympans. Un jeune homme de la table voisine semble connaître la demoiselle et souffle à sa compagne qu'elle vient d'un quartier ennemi. Malgré la réputation neutre qu'avait Feather Road avant la guerre des quartier, il doit être persuadé d'avoir affaire à une ennemie, une espionne, ou n'importe quoi d'autre qui donnerait prétexte à lui faire du mal. De la débilité profonde donc.

Des accusations à l'encontre d'Aneko commencent à fuser de toutes les tables. Je déteste ce pseudo conflit qui règne entre les quartiers de cette île. Sous prétextes que je n'ai même pas cherché à comprendre plus que cela. C'est une guerre de gamins, un peu comme toutes celles qui furent, certes, mais je ne peux m'empêcher de trouver cela stupide. Ici il n'y a même pas d'enjeux financier, c'est pas comme si le sol de l'île regorgeait de pétrole. Il y a manifestement des problèmes de pouvoirs et tout le reste, mais il fallait s'y attendre dans un endroit rempli de gosses. A la limite ils se révolteraient contre ces supposés pédophiles d'Adieu que l'on ne connait pas, je ne dis pas, mais personne ne sait qui ils sont, personne n'a de preuves alors pour lancer une guerre... Enfin de toute manière je sais que je suis dans le faux. La raison doit être encore plus débile que cela si on cherche bien, mais je vais passer mon tour. Pas que ça à faire que d'y retourner. Tuer des américains ça va, mais des enfants... Faux pas déconner !

Comme quelques menacent commencent à monter, j'attrape Aneko par le poignet pour lui montrer qu'il faut partir maintenant.

- Je crois qu'il va falloir s'en aller. Comme je suis dans un grand jour de bonté, je vais t'aider à sortir.

C'est vrai que je peux être un atout de taille pour elle, très peu de personnes dans l'Avenue des Roses sont capables de me tenir tête. Un coup de poing et il n'y a plus personne. En plus je fais peur, physiquement parlant. Un regard méchant et les fillettes sont retournés se cacher derrière le parterre de tulipes qui traîne là.

Je commence à me lever, ne lâchant pas le poignet de la jeune femme, et me diriger vers la sortie en espérant qu'elle se montre coopérative. Que je me mette mon quartier sur le dos, je m'en fiche, j'ai pas que ça à faire que de me mêler à leurs bagarres de maternelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Lun 11 Juil - 20:22

Tandis qu'elle regardait les différentes saveurs sur le menu, elle jeta un coup d'oeil à son interlocuteur, qui semblait se perdre dans ses pensées. Tiens, ça lui arrivait aussi.. Aneko haussa les épaules, et reporta son attention sur la menu. Hm... Qu'allait-elle donc prendre? Puisqu'elle payait, autant prendre un autre thé savoureux... Et celui à la crème brûlée lui tentait de plus en plus.

Elle ne savait pas trop depuis combien de temps elle aimait cette saveur, presque depuis toujours. Elle avait goûtée à de la crème brûlée quand elle était toute petite, son père lui ayant achetée un dessert au hasard, en espérant qu'elle aimerait. Elle avait mangée la première bouchée, qu'elle adorait déjà ça. Elle aimait ce goût de caramel, surtout avec la crème en dessous... Bref, c'était un pur délice.

Alors qu'elle se remémorait ce souvenir, une voix lui prit son attention. Un gars d'une table voisine murmura à sa voisine justement, que la jeune fille venait d'un autre quartier. Elle était donc repérée... Elle eu envie de jurer, mais elle se retint de justesse. Autant ne pas se faire encore plus remarquer, elle était déjà assez dans le pétrin. Elle resta immobile encore quelques instants, jusqu'à ce que des menaces fusent dans les airs. Elle émit un air agacée, quand le garçon en face d'elle lui saisit le poignet. Mais qu'est ce que...

" - Je crois qu'il va falloir s'en aller. Comme je suis dans un grand jour de bonté, je vais t'aider à sortir."

Elle au envie de lui dire qu'elle n'avait pas besoin de lui, mais c'était faux. Si elle devait avoir affaire à toutes les personnes présentent dans ce lieu, elle était mal. Ainsi, Jàd se leva, entraînant la jeune fille avec elle. Elle ne se débattit pas, mais ne comprenait pas pourquoi il l'aidait. Après tout, il était de ce quartier, il n'aurait pas du l'aider. Mais elle ne dit rien. Ainsi, ils sortirent, et il l'amena plus loin.

" - Pourquoi tu m'aides?" demanda t-elle sur un ton calme.

Elle plissa les yeux, attendant la réponse. Elle n'aimait pas trop la guerre, préférant de loin la paix et le calme. Mais elle s'était pas imaginer une minute ce garçon en train de l'aider à la sortir d'un pétrin de ce genre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 59
Age : 24
Date de naissance : 17/08/1994

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Jeu 14 Juil - 20:13

Désormais à une distance respectable du lieu de tension, je juge que l'on peut cesser de fuir. Elle n'a rien dit depuis que nous sommes sortis du salon de thé. Tant mieux, le contraire aurait certainement conduit à des cris hystérique de jeune femme prude qui ne supporte pas qu'un homme autre que son époux. Certes cela peut être une vertu, mais lorsque c'est trop poussé c'est juste extrêmement pénible. En fait je constate qu'il y a pleins de trucs bêtes que je ne supporte pas. Les bestioles, parce qu'on ne peut pas dire que se soit intelligent ; les américains, je me passerais de commentaires ; les imbéciles qui par définition sont bêtes ; les adolescents j'aime pas trop ; le coca light...

- Pourquoi tu m'aides ?

Ouh la question à la réponse compliquée à formuler. Surtout qu'il ne faudrait pas que le l'offense si je souhaite éviter les cris auxquelles j'ai pensé à peine avant. Il est temps de réfléchir sérieusement. C'est vrai qu'aider une fille qui n'est pas de mon quartier au risque de m'attirer les foudres de mes voisins n'est pas la chose la plus intelligente que j'ai faite dans ma vie. Enfin ce n'est pas comme si j'avais fait grand chose de brillant, mais ce n'est pas le moment de peser le pour et le contre pour savoir si mon intelligence se mesure de manière positive ou négative. Bref, la réponse la plus simple et qui s'impose directement à moi est "j'avais rien de mieux à faire". Il suffirait que je lui raconte mon avis sur la guerre sinon, qui m'a réellement poussé à lui "sauver la vie", ouais voilà. C'est bien je n'ai pas eu à réfléchir très longtemps. Fier de moi aujourd'hui.

- Cette guerre de gamins me gonfle. D'accord toutes les guerres débutent pour une raison que, si on creuse un peu, on va tous la trouver stupide, mais là... Faire se taper dessus des enfants je dis non.

Ils sont déjà assez en péril par le simple faire d’atterrir sur cette île privée d'adultes, livrés à eux-même. Même si les gens comme moi ont dépassé l'âge de la majorité, il n'y a rien pour leur apporter de la vraie expérience. Enfin, il y a tellement de choses qui vont de travers sur cette îles qu'une vie ne serait pas suffisante pour les énumérer. Je me rassure en me disant que je vis dans un endroit aussi tordu que moi, mais je crois qu'on a fait mieux comme consolation.

Je me tourne vers le salon de thé, personne ne semble décidé à nous suivre pour nous faire la peau, c'est tant mieux. Taper sur un maigrichon n'est pas un combat très équitable, ça me ferait encore de la mauvaise pub en plus de mon apparence de yéti. Pas que je m'en soucie, mais c'est mieux pour vivre tranquillement.

- C'est affreux de voler ainsi leur innocence aux enfants. Affreux.

Ca me donne envie de frapper quelqu'un d'y penser, tiens. Comme Aneko est une fille je vais éviter d'esquisser le coup de poing. J'aimerais bien savoir ce qu'elle pense de cette guerre. J'espère qu'elle me répondra dans ce sens. J'arrive pas à croire que j'ai presque abandonné l'idée de l'enquiquiner. C'est dévastateur la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Jeu 21 Juil - 17:30

Tandis qu'elle attendait la réponse, elle regardait un peu autour d'elle. Les personnes de la rue ne semblaient pas l'avoir reconnue, ce qui lui semblait mieux. Si jamais on la reconnaissait en plus dans la rue, elle aurait eu des problèmes...

" - Cette guerre de gamins me gonfle. D'accord toutes les guerres débutent pour une raison que, si on creuse un peu, on va tous la trouver stupide, mais là... Faire se taper dessus des enfants je dis non."

Aneko resta muette. Il avait raison quelque part, cette guerre était asse.. gonflante. Et il était vrai aussi qu'il n'y avait aucun adulte, et que ce n'était que des enfants qui se battaient donc, ou des adolescents. Il ne pensaient qu'à se battre au nom de leur quartier...

" - C'est affreux de voler ainsi leur innocence aux enfants. Affreux."

La jeune fille pencha la tête sur le côté. Il aimait donc les enfants?... Elle eu presque envie de sourire, mais se retint. Car ce n'était pas un sujet de rigolade, il s'agissait d'une guerre entre enfants juste pour faire valoriser son quartier. Elle, elle ne participait pas trop à la guerre, préférant rester dans son coin. Mais elle n'hésitait pas à se défendre quand elle se faisait agresser...

" - Certes.. Ce ne sont que des enfants. Mais une guerre sert à défendre une cause avant tout, et les enfants sont tellement fières à cette période de la vie, qu'ils veulent défendre leur cause à tout prix. Donc en partie, c'est leur choix de combattre."


Elle soupira, et regarda de nouveau les gens de ce quartier. Ils étaient si jeunes, ou un peu plus vieux qu'elle.... Et étaient déjà entraînés dans la guerre...

" - Mais en même temps, c'est vrai qu'entraîner dans enfants là dedans est horrible. Ils sont trop jeune... et connaissent déjà la guerre. Ce n'est pas dans ce genre de conditions qu'ils devraient vivre, mais plutôt dans une atmosphère plus... paisible..."

Elle même en avait marre de cette guerre. C'était totalement inutile. Quand le meilleur quartier sera nominé, les autres ne vont pas être d'accord, donc, quelque part, il y aura toujours une guerre. Tant que les mentalités n'évolueront pas, la guerre continuera. Et les enfants ne sont pas encore assez mûre pour comprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 59
Age : 24
Date de naissance : 17/08/1994

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Mer 27 Juil - 21:33

- Certes.. Ce ne sont que des enfants. Mais une guerre sert à défendre une cause avant tout, et les enfants sont tellement fières à cette période de la vie, qu'ils veulent défendre leur cause à tout prix. Donc en partie, c'est leur choix de combattre.

Ouais, on peut dire ça comme ça. "C'est leur choix". Mais si on prend un tel point de vue, l'âge où l'on peut se nommer majeur ne sert plus à rien. C'est pas pour des prunes que l'on a instauré un système qui dit, en gros "lorsque tu auras tel âge tu seras assez mature pour prendre des décisions importantes". Les enfants qui ont "décidé" cette guerre ne sont, justement, pas apte à prendre de telles décisions. C'est ce qui leur vaut leur appellation d'enfant. Point. De toute manière je ne suis pas d'humeur à lui exposer ce point de vue. Personne ne nous suit pour s'acharner sur l'intruse qui a osé pénétrer dans le quartier des fleurs, l'action est retombée aussi vite qu'elle vient de monter. Pauvre de moi, je recommence à m'ennuyer.

L'air à moitié dépressif, je shoote dans un petit caillou qui traîner. Plus qu'à attendre le coucher de soleil et l'image sera parfaite pour représenter mon émotion du moment.

- Mais en même temps, c'est vrai qu'entraîner dans enfants là dedans est horrible. Ils sont trop jeune... et connaissent déjà la guerre. Ce n'est pas dans ce genre de conditions qu'ils devraient vivre, mais plutôt dans une atmosphère plus... paisible...

Argh, coupé dans mon élan. Au moins ce qu'elle raconte est pertinent, je lui pardonne. Faut dire qu'après coup je me rends compte que vouloir attendre la fin de la journée sous l'arbre en faisant des jongles avec un gravier est totalement stupide. Certes il faut savoir s'occuper avec rien et profiter de chaque chose, mais il y a des limites à ne pas franchir. Parfois, quand je n'ai vraiment rien de mieux à faire, il se peut que j'aille un peu trop loin. Regarder la poussière danser dans la lumière pendant une demi-heure ou tenter de se découvrir des pouvoirs psychiques en voulant déplacer un verre par la force de la pensée par exemple. Or maintenant j'ai un dialogue constructif à maintenir, je n'ai pas le temps d'expérimenter la force d'attraction du sol sur un caillou projeté en l'air par un pied armé de sandale à une vitesse donnée.

- Tu insinues que je suis transgénique ?

Car c'est bien de cette manière que je comprends sa phrase. Elle sous-entends que les enfants connaissant la guerre dès leur plus jeune âge sont déshumanisés, modifié génétiquement, que le cerveau ne va plus fonctionner correctement. Je ne prétend pas être une exemple de normalité mentale, mais c'est vexant de l'entendre dire, surtout par une fille que je n'apprécie pas. Le pire serait par une personne que je ne porte pas dans mon cœur. Oui, je ne déteste pas Aneko, elle est en terrain de neutralité, sa conversation est plus intéressante que je n'aurais pu le croire aux premiers abords.

- Enfin, on appelle ça une guerre, mais c'est plus une bagarre de cours de récrée entre les filles et les garçons... Du moins c'est l'idée que j'en ai.

Quand j'étais petit, on avait pas là tête à se disputer avec la voisine parce qu'elle n'est pas du même sexe que nous. Aucun de mes potes n'est jamais venu vers moi en me disant que les filles c'est nul, faut plus jouer avec elle et leur parler. Je veux bien que les mœurs soient pas les même qu'en Europe ou je ne sais où, mais j'imagine qu'en temps normal ce genre de conflit existe bel et bien.

Je m'appuie contre une rambarde dessinant le contour de la rue. La place a été dure à trouver entre deux pots de fleurs, mais maintenant que je l'ai je ne vais pas la lâcher facilement. Si Aneko veut se reposer elle va devoir se battre avec les forces végétales et je ne crois pas qu'elle en soit capable. Le mieux serait de retourner en direction de son quartier ou partir se balader en terrain neutre, histoire de ne plus faire d'histoires, mais j'aimerais voir si des excités du bocal osent venir nous chercher des noises. Nous faire la "guerre". Vas-y. Vas la faire la guerre. Je te donne une vraie arme et on va voir ce que tu es capable d'en faire. Ton quartier pourrait se faire brûler au napalm en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Il y a bien mieux à faire que de se disputer avec ses voisins.

[Sorry j'ai mis du temps à répondre et en plus c'est bof ;_;]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Sam 30 Juil - 17:16

La jeune brune continuait de vagabonder dans ses pensées. Pour elle, les enfants ne devraient pas être impliquée dans une guerre pareil à leur âge. Après tout, c'était assez sérieux, et les dégâts pouvaient être important. Surtout que chacun avaient des dons différents, donc il pouvait se passer tout et n'importe quoi dans les quartiers. Elle soupira, tandis que son interlocuteur prenait la parole:

" - Tu insinues que je suis transgénique ?"

Aneko le regarda. Elle n'avait jamais prétendue une chose pareille... Et c'était quoi le rapport? Ils n'étaient pas modifiés génétiquement, c'étaient juste que les enfants qui grandissent dans ce genre d'environnement ne s'adaptaient pas toujours bien à une atmosphère plus sereine. Elle parlait surtout de l'adaptation qu'ils auraient plus tard. Car s'ils sortaient de cette île, il n'y aura pas la guerre forcément là où ils iront.. Donc bon. Enfin, après elle n'en savait rien, elle ne faisait qu'émettre des hypothèses.

" - Enfin, on appelle ça une guerre, mais c'est plus une bagarre de cours de récrée entre les filles et les garçons... Du moins c'est l'idée que j'en ai."

Ainsi, c'était comme ça qu'il voyait cette guerre. Quelque part, il n'avait pas tort, mais il ne mesurait pas l'étendue des dégâts. Elle soupirait. Bah, chacun sa manière de voir. Mais bon, les enfants en même temps, ne pensait qu'à s'amuser. Il ne voulait que jouer, quelque soit le jeu. Elle regarda le ciel, réfléchie. Cette guerre n'était utile, les chefs des quartiers ne voulaient plus utiliser la diplomatie, croyant que la guerre réglerait tout. Pourtant, cela ne ferait qu'empirer la situation....

" - Une bagarre entre filles et garçons. Certes, ils sont jeune, mais justement. Ils sont juste trop fiers pour ne pas abandonner le "jeu". Car ils doivent surement le voir comme ça, comme un jeu... "

Elle soupira. Les jeunes, ils étaient trop jeune justement. Ils étaient innocents, et voulaient simplement s'amuser... Mais là, c'était un jeu pour le moins dangereux. Mais ils ne le savaient peut-être pas, ou alors si. Elle ne savait pas. Mais pourtant, avec ce qu'elle voyait tous les jours, elle savait qu'il y en avait qui ne pourrait pas sortir de cette île...

[H.J : Pas grave, je fais pas mieux non plus ;_;]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 59
Age : 24
Date de naissance : 17/08/1994

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Dim 7 Aoû - 1:37

Le jeune femme reste pensive quelques instants, comme si elle s'apprête à dire quelque chose de vraiment très intelligent, pour m'époustoufler et me rabattre le caquet. N'est pas né celui qui me la coupera, mais je ne vais pas la prévenir, elle s'en rendra bien compte toute seule si elle essaye. Tout ceux qui ont essayé, un jour, de me faire définitivement taire s'y sont cassés les dents et n'ont gagné que ma chiantise éternelle pour les dix générations à venir. Jusqu'à l'ultime craquage. Même le petit informateur que je considère comme enquiquinant n'a pas résisté cinq minutes face à mon talent à pleine puissance. Personne ne peut me vaincre ! Ou alors je n'ai pas encore rencontré cette personne et l'interaction pourrait être enrichissante... Mais je m'éloigne du sujet de la conversation, si je continue ainsi je vais encore me retrouver à raconter n'importe quoi et ne plus être crédible. Un peu de sérieux, même si je me fais chier.

- Une bagarre entre filles et garçons. Certes, ils sont jeune, mais justement. Ils sont juste trop fiers pour ne pas abandonner le "jeu". Car ils doivent surement le voir comme ça, comme un jeu...

Mais que font les adultes ? Franchement il doit y en avoir quelques uns, tout de même, sur cette île. Cela ne les dérange pas de voir des enfants prendre un réel conflit pour une sorte de jeux où on peut se faire de gros bobos ? Le bon sens se perd, moi je dis. Tous doivent être complètements frappés ou poules mouillés pour laisser faire les choses sans jamais tenter de s'interposer. Genre ça leur plait d'ouvrir la fenêtre le matin et tomber nez à nez avec des gosses se tapant dessus avec des bâtons. Certes se sont des choses qui arrivent de temps en temps, lorsque les amusements dérapent un peu, mais je pense que n'importe qui, tout aussi amoindri qu'il soit, se poserait des questions à force de voir cette scène répétée jours après jours.

D'accord les adultes sont aussi vif que des topinambours, mais qu'en est-il des adolescents ? Aucun n'a assez de jugeote pour se dire que cette situation est absolument ridicule ? Aucun n'est assez "adulte" dans sa tête pour se rendre compte de la situation et tenter de changer les choses ? Non ? Ils sont toujours en crise ? Et c'est l'occasion de piquer la meuf à X pour la foutre dans son pieu ? La jeunesse se perd.

- C'est bien pour ça que cette île est malsaine. Des enfants ne doivent pas vivre sans parents ou adultes pour les guider sur le droit chemin.

Bon bien sûr si les parents sont des bourreaux ou de gros abrutis trop inconscient pour se protéger alors qu'ils ne voulaient pas de gosses, il vaut encore mieux les livrer à eux-même que de les laisser vivre dans une ambiance malsaine. Voir sa mère qui part coucher à droite à gauche tous les jours ne doit pas être la sensation la plus agréable qui soit. Mais enfin... Tous les gosses de cette île ne peuvent pas être dans ce cas ! A moins que les lettres ne sélectionnent que des cas sociaux ! Je ne peux pas être la grosse exception qui confirme la règle avec mes parents aimants... Rah, j'ai besoin d'une confirmation.

- Dis Aneko, ils étaient comment tes parents ?

Si elle me répond "morts", je ne sais pas si je me mettrais à exploser de rire ou resterait figé sur place avec une petite onomatopée étrange sortant de ma bouche. Un genre de "rololololol...." interminable qui fait froid dans le dos.

Aller, il est temps de bouger. Je me redresse, m'étire et commence à me diriger vers la sortie du quartier la plus proche du sien. D'un mouvement de tête je l'invite à me suivre. Qu'elle se sente honorée, je prends la peine de lui servir d'escorte jusqu'à la sortie d'Avenue of the Roses. C'est pas tous les jours qu'un tel élan de bonté va me prendre. Et si elle ne me suit pas, tant pis pour elle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Ven 12 Aoû - 14:57

Elle restait pensive. C'était dommage que les enfants étaient dedans. Car même s'il y avait des gens de leur âge, ces derniers aussi voulaient se battre, ou alors tenait à leur quartier un peu trop. Enfin, elle ne savait pas. Mais pas tout le monde se rendait compte de leur comportement. Déjà, il y avait le comportement immature: Faire la guerre sans penser aux conséquences, puis le mature: Penser aux conséquences. Seulement, il y avait aussi un mélange des deux. Ceux qui faisaient la guerre en pensant aux conséquences. Il y avait un peu de tout sur cette île, donc bon...

" - C'est bien pour ça que cette île est malsaine. Des enfants ne doivent pas vivre sans parents ou adultes pour les guider sur le droit chemin."


Elle était d'accord sur ce point. Si les enfants étaient avec leur parents durant un bout de leur vie, ce n'était pas pour rien après tout. C'était justement pour que ces derniers les guident, leur montre comment vivre dans ce monde remplie de misère. Enfin misères... Pas forcément. Il pouvait y avoir pleins de choses de bien dans la vie, mais après, il suffisait d'attendre que cela arrive. Aneko attendait toujours qu'il lui arrive un truc pourrie, que ce soit un pot de fleurs qui tombait sur sa tête ou autre. Bref, un malheur. Pourquoi? Elle n'en savait rien...

" - Dis Aneko, ils étaient comment tes parents ?"

Elle le regarda, et se demanda alors comment elle trouvait ses parents. Car elle n'avait jamais vraiment réfléchie à cette question. Comment avait-elle trouvée son père? Avait-il été un bon père pour elle? Elle n'en savait rien... C'était un père normale, sans vraiment qu'il soit hors du commun, comme certains enfants trouvaient leurs parents. Le jeune homme en face d'elle s'apprêtait à partir, et elle le suivit. Après mûre réflexions, elle finît par répondre:

" - Mon père était quelqu'un de normale. Enfin... Je ne lui trouve pas quelque chose de spécial. Au début ça a été un peu dur, mais il n'était pas quelqu'un de foncièrement méchant. Il a fait beaucoup d'erreurs, mais tout le monde en fait après tout..."

Elle soupira, et regarda de nouveau Jad. Puis, elle lui posa la même question.

" - Et les tiens? "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 59
Age : 24
Date de naissance : 17/08/1994

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Jeu 1 Sep - 21:50

Eclair de lucidité chez la demoiselle, elle me suit sans faire d'histoire. Je suis son sauveur, elle l'a bien compris. Tout à coup je me sens très fier, c'est moi, Jad-Onòfre Ruivo qui mène elle ne peut qu'aller dans mon sens. A moins qu'elle soit une sorte de masochiste qui n'attend que de se faire casser la figure par tous les rageus du coin, mais cela m'étonnerait fort. C'est une fille calme et, en dépit des apparences, intelligente. Dommage que certaines fois elle éprouve le besoin de s'habiller comme une catin.

- Mon père était quelqu'un de normale. Enfin... Je ne lui trouve pas quelque chose de spécial. Au début ça a été un peu dur, mais il n'était pas quelqu'un de foncièrement méchant. Il a fait beaucoup d'erreurs, mais tout le monde en fait après tout...

J'aurais été prêt à lui accorder un pouce en l'air vert si nous n'étions pas dans le monde réel. Je ne suis donc pas une exception et cette île n'est pas remplie de cas sociaux, c'est fantastique... Enfin il y a quand même un bon nombre de cas rien que dans mes "relations", je crois. Erwan par exemple, c'est pas possible qu'il soit né comme ça, ou alors sa mère lui a collé une poutre dans la tronche à le naissance. Puis d'autre j'en sais trop rien, mais quand je vois comme ils sont barrés je me pose des questions. Genre la passion de Matt' pour les bananes, l'insupportabilité de Nyrel aussi... Chez lui ça doit être fait exprès, c'est pas possible autrement. Mes anciens ennemis de la guerre qui ont envoyé cette punition ! Voilà c'est ça. Mais je m'égare.

Voilà qu'elle me retourne ma propre question. Comment étaient mes parents ? Je m'arrête d'avancer, risquant qu'une personne quelconque se heurte à mon dos si elle marche derrière moi. En même temps il faut être stupide pour se coller à quelqu'un quand il marche. Malheureusement il n'y avait personne.

- Mes parents... Comment dire... J'aurais pas pu demander mieux. Ma mère pensait toujours à nous avant elle, même si elle était fatiguée. Mon père... Et bien c'était un très bon papa. Pour argumenter je dirais qu'il nous a sauver la vie. Je les adore.

Parler d'eux au passé me fait mal. Je ne les reverrais jamais, je le sais très bien et depuis longtemps, mais malgré mes airs de je m'enfoutiste, cela continue de faire mal. Ils me manquent tous énormément, mais tout ce que je demande... Si j'avais un vœux à formuler, se serait les voir de loin, sans qu'eux remarquent ma présence et que je constate, de mes propres yeux, qu'ils sont heureux. Car oui, j'en suis persuadé, ils sont heureux... Hé mais j’admets que ma présence ne leur est pas indispensable là... Quel fils ingrat je fais ! Non sérieusement je pense qu'ils savent. Ils savent que je vais bien.

Rah, margés moi je laisse échapper une grimace qui en dit long sur le fait qu'ils me manquent énormément. Vite je me passe la main sur la visage et me tape le coin de la tête du poing. Ce n'est pas la peine d'y penser, de toute façon c'est mort pour les revoir. Le pire c'est que je ne peux m'en prendre qu'à moi-même étant donné que je suis celui qui a lancé la conversation. Imbécile que je suis parfois.

Je me remets donc à avancer avec un petit sourire, histoire de masquer mon élan de nostalgie précédent. Il faudrait que je me force à changer le sujet, mais je ne trouve rien. Tant pis pour moi, je vais laisser couler et voir ce qu'il se passe.

[désolé du long temps de réponse, mais vacances n_n"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Sam 17 Sep - 21:56

Aneko resta à l'écoute, subitement, elle tenait vraiment à savoir comment était ses parents à lui. Après tout, s'il était chiant, c'était peut-être à cause de son enfance? Ou pas? En tout cas, peut-être tenait-il à les revoir... Il s'arrêta soudainement, et s'il y avait une personne derrière lui, elle l'aurait sûrement percuter. Mais la jeune fille n'était déjà pas aussi près pour le percuter, puis s'arrêta aussi. Sa question semblait l'avoir fait réagir, mais en bien ou en mal ?

« Mes parents... Comment dire... J'aurais pas pu demander mieux. Ma mère pensait toujours à nous avant elle, même si elle était fatiguée. Mon père... Et bien c'était un très bon papa. Pour argumenter je dirais qu'il nous a sauver la vie. Je les adore. »

Ah... Donc lui tenait à sa famille. Au moins, il n'y avait pas que des histoires tragiques... Il y en avait beaucoup qui avait une histoire spécial n'empêche ici... Mais elle ne ferait pas de commentaires, car c'était la vie comme on disait. Elle ne nous a pas tous gâtés après tout, certains avaient plus de problèmes que d'autres, mais bon... Elle pensait que quelque part, la vie était équilibrée. Un mal ne venait pas sans un bien, même si ce n'était pas immédiat.

La jeune asiatique pensa qu'elle aussi, aurait sûrement beaucoup de mal dans sa vie, comme beaucoup d'autres, vu que cette dernière était une sorte de suite d'épreuves, et que les choses bien qui nous arrivaient ne servaient qu'à nous encourager à continuer les épreuves. Mais certains ne vivaient pas assez longtemps pour pouvoir voir la fin des épreuves, car ils abandonnaient en route. C'était des choses qui arrivaient, mais qui étaient si triste...

Après tout, rien de pire que de sombrer dans le désespoir, la crainte qu'il ne nous arrivera rien de bien, que notre route était déjà tracée dans un chemin qui ne finissait jamais, qui ne nous réservait que des choses mauvaises, qui ne servaient qu'à nous faire sombrer peu à peu dans les ténèbres... Mais bon, parfois, il suffisait d'un peu d'optimiste pour ne pas désespérer. Encore fallait-il en trouver...

Elle soupira doucement, et reprit son attention sur le jeune homme, qui avançait déjà, sans rien ajouter. Elle lui emboita le pas, se demandant alors pourquoi il restait silencieux. Après tout, c'était lui qui s'amusait à embêter les autres... Elle fut un instant intriguée, pensant que c'était sûrement le fait de parler de ses parents qui devaient le mettre dans un état de mutisme soudain. Ainsi, ses parents devaient vraiment lui manquer...

Elle eu un petit sourire, puis reprit la parole en levant les yeux au dessus de la tête du jeune homme. Bizarrement, elle voulait juste le rassurer sur ce point. Après tout, un type qui emmerde le monde d'habitude et qui se tait après, c'était pour le moins assez... déconcertant.


« Tu vas sûrement les revoir... Après tout, ce n'est pas parce qu'on est dans cette île qu'on vas y rester toute notre vie. Même si personnes n'a réussis à partir, tout à une exception. Suffit juste d'attendre... »

Car oui, rien ne durait éternellement, tout était éphémère. C'était comme ça, et pas autrement. Et c'était valable pour tout, même pour cette île.


[ H.R.P. : Pas de soucis, sauf que là c'est moi qui suis en retard, désolée >.<]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 59
Age : 24
Date de naissance : 17/08/1994

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Sam 24 Sep - 21:26

Il faut que je chasse le goût de la cuisine de maman de ma bouche. C'est vrai quoi, j'ai dix neuf ans en plus, je suis grand, je ne devrais plus avoir besoin de me sentir au sécurité dans les jupons de ma mère ! Ah c'est beau de tenter d'avoir un comportement de fils ingrat pour chasser la tristesse. J'ai l'impression de me rabaisser au stade d'un adolescent américains moyen n'ayant pas trois grammes de cervelles. Et puis quoi encore ? Dans trois jours je fumerais comme un pompier en justifiant parce que "c'trop la classe mec" ? Non, sérieusement, cette île a un drôle d'effet sur mon cerveau, je crois que je deviens débile. Déjà je tombe amoureux d'un bouffeur de hamburger, ensuite je rencontre un elfe attardé et maintenant quoi ? Je vais devenir emo ? Ah la grosse blague !

- Tu vas sûrement les revoir... Après tout, ce n'est pas parce qu'on est dans cette île qu'on vas y rester toute notre vie. Même si personnes n'a réussis à partir, tout à une exception. Suffit juste d'attendre...

Elle sourit. Sûrement croit-elle vraiment à ce qu'elle vient de dire. Peut-être qu'elle est naïve, un petit peu. Après tout je ne le connais pas, en fait. C'est enquiquinant de connaître les gens, je vais peut-être la classer dans les neutres à emmerder après tout. Elle aura un peu remonté dans l'estime. Ouais, et tout dépendra de ses habits du jour. Franchement, quand elle s'habille court, j'ai envie de lui mettre des baffes... Mais si je le fais elle va certainement mourir car je lui aurait cassé le cou ou quelque chose d'autre donc il faudra que je me retienne très fort.

Instinctivement je pose ma main sur la haut de son crâne pour lui frotter les cheveux comme j'aurais pu le faire avec un animal si je les avait supporté une seule seconde.

- Grouik, grouik. T'es meugnonne...

A ne pas comprendre de travers bien sûr. C'est sa petite naïveté qui me fait parler ainsi et avoir une tête débile dont je ne me serais jamais cru capable. Vous savez, avec les yeux tous plissés et la bouche dans une forme douteuse. Ouais voilà, comme une collégienne devant un sac à main, mais en plus effrayant à cause de la barbe et des cheveux.

Je sais très bien qu'on ne pourra jamais partir d'ici, que si cette île disparaît on disparaitra tous avec. Personne n'est jamais venu nous chercher, personne n'a jamais essayé de venir nous chercher. Nous n'existons plus hors d'Esplumoir, on est des morts, des fantômes. Ressortir d'ici serait comme regagner la vie et ce n'est pas du ressort humain. Je ne pense pas que là-haut ils vont s'enquiquiner à tous nous ressusciter alors on va juste aller faire papatte en rond dans l’au-delà.

Je retire ma main, on ne sait jamais peut-être qu'elle va me mordre.

- C'est une vision bien optimiste. Ca fait combien de temps que tu es là ? Moi deux ans et j'ai eu le temps de réaliser que c'est mort d'avance. Ya pas moyen de partir et personne viendra jamais nous chercher. Rêve pas. L'éternité existe, c'est la mort. On est morts.

Trottinant désormais en la tenant par le col pour qu'elle avance un peu plus vite, je presse le pas. Elle commence à me faire dire des bêtises et je n'aime pas ça du tout. Je vais finir par ne plus être crédible dans mon apparence de yéti et elle risque encore de me faire subir des agression de regards avec ses vêtements trop courts ! Aller, faut que je justifie mes paroles :

- Donc je suis déjà jugé et tout le tintouin de religion doooonc... Je peux me permettre d'emmerder le monde sans avoir de compte à rendre à personne ! Petite anacoluthe...

Une faute de syntaxe, un truc bizarre et contradictoire selon la manière dont elle se fringue. Voilà c'est la définition d'Aneko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Feathers Road
Dreamy Librarian

Feathers RoadDreamy Librarian

Féminin
Messages : 558
Age : 25
Date de naissance : 13/07/1993
Nom de Code : Blue dreams
Quartier : Feathers Road
Plume : Shinigami / Transformation de la matière

MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo] Dim 25 Sep - 0:01

Elle se demanda alors s'ils allaient vraiment sortir de cette île un jour. Quelque part, elle y croyait, car elle pouvait voir qu'il y aurait des personnes qui eux, sortiraient. Comment ? Tout simplement à cause de sa Plume. La plupart de gens mouraient après leur vingts ans, car il n'y avait pas d'adultes ici. Or, il y avait des personnes qui vivraient bien après leurs vingts. Donc, c'était ce genre de choses qui lui gardait un certains espoir, pour ainsi dire. C'était simple, stupide, mais en même temps, cela fonctionnait. Après tout, rien de valait ce genre de chose pour redonner un espoir perdu, non?

« Grouik, grouik. T'es meugnonne... »

Elle se rendit compte alors qu'il avait posé sa main sur sa tête pour lui frotter les cheveux, et qu'il abordait une drôle d'expression... Qu'est ce qu'il avait ? Pourquoi il avait cette tête soudainement ? Parce que bien sûr, elle savait bien qu'il ne parlait pas de mignonne physiquement, vu qu'il n'aimait pas du tout quand elle avait des vêtement courts. Donc... C'était pour quoi ? Pour le fait qu'elle croyait qu'ils allaient sortir d'ici un jour ? Il avait donc perdu tout espoir... en même temps, il devait vivre ici depuis bien plus longtemps qu'elle, donc bon, c'était normale en quelque sorte, non ?

Il retira sa main, son expression bizarre disparut de son visage. Cette dernière avait vraiment été bizarre... C'était la première fois qu'elle l'avait vu avec une tête pareille. Enfin, en même temps, c'était la première fois qu'ils parlaient ainsi, quand il ne lui faisait pas chier quand elle s'habillait mal, ou qu'elle l'envoyait chier justement parce qu'il la critiquait... Comme quoi, on pouvait acoir des surprises des fois n'empêche.

« C'est une vision bien optimiste. Ca fait combien de temps que tu es là ? Moi deux ans et j'ai eu le temps de réaliser que c'est mort d'avance. Ya pas moyen de partir et personne viendra jamais nous chercher. Rêve pas. L'éternité existe, c'est la mort. On est morts. »

Donc, cela faisait bien plus longtemps qu'il était ici qu'elle. En même temps, elle était ici depuis seulement près de... deux ans aussi. Tiens... Le temps filait, comme une étoile dans le ciel, tellement rapidement qu'on ne s'en rendait pas forcément compte, ce qui était assez surprenant tout de même... Elle était ici depuis vraiment deux ans ? Oui... Les chiffres ne mentaient pas, d'ailleurs, ils ne mentaient jamais. Il la prit par le col, et avança plus vite. Il n'aimait pas traîner le pas apparemment...

« Donc je suis déjà jugé et tout le tintouin de religion doooonc... Je peux me permettre d'emmerder le monde sans avoir de compte à rendre à personne ! Petite anacoluthe... »

Elle eu envie de rire. Ce type était certes un emmerdeur de première, mais il était vraiment amusant des fois. Seulement... s'il continuait à lui tirer le col de cette manière, elle allait finir par étouffer..

« Pour toi c'est une raison valable ? Parce que tu sais que tu ne vas pas sortir de cette île, tu veux emmerder le monde ? »

Au moins, il aurait fait quelque chose, mais cependant, elle ne pensait pas que ça sera l'une des dernières choses qu'il fera...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo]

Revenir en haut Aller en bas

Un petit moment de tranquillité... qui ne dura qu'un instant [PV Jad-Onòfre Ruivo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
— Esplumoir ; ::  :: 
Tea Room
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit