AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Forum en pause. Voir ICI.
 

Partagez|

Russian roulette & co. {le retour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Russian roulette & co. {le retour Dim 7 Aoû - 1:10

(et osef c'qu'vous pensez <3)

IDENTITE




Nom : Malinovskaya | Rien à voir avec le navigateur

Prénom : Pavel Viktorovitch | Pavel fille de Viktor, elle répondait autrefois au prénom de Nadejda

Nom de code : Hyacinthe printanière | Ou comment l'homme tua celui qu'il aimait ... Parfait, cher père, cela est parfait...

Âge : 18 ans | Majeure depuis le premier janvier, mon colonel !

Nationalité : Russe | Où, où ? Ha-ha.

Orientation sexuelle : Ouverte à toutes propositions... Et son passé n'y est pas pour rien.

Métier :
Spoiler:
 

Plume souhaitée : Douce ambiance | C'est beau la lumière. Mais la lumière colorée, c'est mieux. C'est ce qu'elle fait. Elle change la couleur des lumières. Je n'irai pas dans les détails. Le côté féérique de la chose est amplement suffisant.

Plume attribuée : La lumière | Ca fait ange. Elle aveugle ou éclaire. Ca fait ange, ça fait rédemption, ça fait... Ca fait son effet. Mais elle a tendance à se fatiguer plus rapidement quand elle en use, ainsi s'arme-t-elle toujours d'une lampe torche … On sait jamais ...

Quartier : Avenues of the Roses | Pureté en un quartier... Mais la miss s'en fiche.



CARACTERISTIQUES PHYSIQUES



« Quand on dit 'fille russe', les gens ont tout de suite l'image de la belle blonde pulpeuse, limite en concurrence avec la voluptueuse suédoise … »

Elle est pas trop mal foutue, la demoiselle, mais n'empêche, il y a bien mieux. Il est vrai qu'elle est plutôt grande pour une fille, dépassant le mètre quatre-vingt avec brio, elle aimerait bien perdre deux ou trois centimètres afin de repasser sous cette barre : ça fait si petit de dire qu'on fait 1m 79 ! Doux rêve, c'est bel et bien le syndrome géant qui la frappait en pleines dents... C'est quand on le veut tant, que les origines se font la malle ! Mais quant au reste, nous sommes bien loin des monts et vallées suédoises : tout est aussi plat que sa Russie natale. Pas de seins, ou assez peu (bonnet B pour les quelques intéresses, le chiffre sera tenu secret), assez peu de hanches (la principale raison du 'je veux paaas de gosses !'), un ventre arrondi (le ventre plat est un mythe, mesdemoiselles, cessez de vous torturer à coup de régime !) … Autrement dit, pas d'avantage physique réel. Et cela se poursuit ! Des jambes proportionnées, ce qui signifie en d'autres termes pas de jambes longues, des poignets à tendance trop fins et des doigts squelettiques aux jointures … La demoiselle a d'ailleurs une hantise : les jointures. Les coudes, les genoux … Trop marqués, trop osseux, marmonnera-t-elle en secouant la main. Et avant de laisser là ce genre de détails, parlons un instant de ses avantages. Non, ses yeux viendront plus tard, parlons de sa nuque, de son dos. Blanche, pâle, et la peau si douce ! Elle porte bien souvent des dos nus pour cette raison. Ces hommes qui ont envie de tendre la main et de parcourir sa ligne de dos du bout des doigts, effleurant cette peau de bébé, de pêche, ce que vous voulez … !
Je disais donc … Son visage ! Ah, et quel visage ! Des pommettes hautes tout d'abord, 'comme toutes russes se respectant' affirme-t-elle en riant. Et des lèvres si … Ordinaire. Ne nous attardons pas. Un nez droit, mais pas imposant, pas large, non, juste droit. Et … Des cheveux, plutôt longs, raides, noirs. Très noirs. Loin de la belle blonde, avouez. Issus de quelques origines asiatiques, assez lointaines... C'est ça, la Russie orientale. Et enfin... Vous l'attendez, n'est-ce pas ? Ses yeux. Des yeux améthystes. Brillants, magnifiques. Sa plus grande fierté. Elle se base beaucoup là-dessus pour plaire ! Elle vous fixe de ses pupilles, vous laisse contempler la couleur et bat des cils. Sa fierté, sa plus grande fierté, oh, fierté …
Mais parlons bien, parlons court, parlons tenue. Pavel a l'armoire large, c'est le cas de le dire. Entre typique bobo, fashionista, en passant par le très traditionnel, les biatch et diverses lolitas... Fondue de mode ? Non, plutôt touche à tout. Elle a du goût, mais pas de style lui collant la peau. Un avantage, me direz-vous, c'est qu'elle s'adapte sans difficulté... Mais généralement, c'est dos nus l'été et chapka l'hiver. Il y a de ces habitudes qu'on ne change pas ...





CARACTERISTIQUES PSYCHOLOGIQUES



Pavel, c'est une repentie. Faut voir son histoire, il y a tout d'expliquer. Donc voilà, vous le savez, Pavel est une repentie. Repentie quoi ? Repentie « femme de joie ». Repentie « péripatéticienne ». Repentie « libertine pour un sou ». Ouais, voilà, je vous sens bruler : C'est une ex-pute, la jolie Pavel.
Il existe pas une Pavel. Il y en a trois. Une qui n'apparait qu'en présence des gosses. Cette Pavel-là, elle est très calme, douce, gentille. Patiente aussi. C'est une Pavel spéciale, qu'elle réserve aux petites bouilles mignonnes ou aux jeunes gosses renfermés.Elle s'estime assez bien placée pour parler de ce qu'est l'horreur, de ce qu'est la misère, de ce qu'est la trahison et le coeur brisé. Elle ne sait pas forcément soigner les maux, mais elle s'applique à aider les enfants dans le besoin. Certainement ce qui l'a mené à sa place : aider les gosses. Elle joue les mamans, les grandes soeurs, les confidentes. Elle s'amuse à les taquiner quand le rouge mord leurs joues. Elle apprécie de les voir heureux, pleins d'énergie et de joie de vivre. Et quand un air dur se transforme en sourire, le bonheur l'envahit, elle se dit : j'ai sauvé une vie.
Cette Pavel-là, c'est la plus forte, c'est celle qui prend le dessus sur les deux autres. Dès qu'il y a un gosse, hop, changement de Pavel. Pavel. C'est la plus « Pavel » de toutes les Pavel. Les deux autres sont des pâles figures de ce qui reste de Nadejda. Elles sont moins « Pavel » que la première « Pavel », qui est né il y a peu. Une Pavel nouvelle, forte et dominante.
La seconde Pavel – ou détritus de Nadejda – est une fille au regard neutre, qui snobe les demoiselles à minis jupes. Voilà. Elle ne supporte pas ces filles. Ce genre pouffe. Ce genre presque pute. Ce genre qui couche avec son petit ami parce qu'il lui a offert une virée en décapotable. Pour sûr, c'est plus dur à trouver ici. Mais elles sont là, elles existent, ces demoiselles de la prostitution moderne. Pavel prône le traditionnel. Rien ne vaut le bon, le dur, le vrai … Celui qui ramène directement l'argent et non un semblant de bonheur mis en place par des codes, des idéaux … Du fric justement. Ces demoiselles sont hypocrites. Superficielles. C'est cela. Pavel ne supporte pas la superficialité, le libertinage des gamines impudentes, les discours qui pue la rose … Autrement dit, le cercle des amies féminines est assez serré. Mais je vous l'ai dit. Pavel adore les gosses. Ca compense.
Et la dernière me direz-vous … La moins « Pavel » de toutes, la plus « Nadejda » des trois ! Les hommes. Les mecs, les gars, ceux-là. Tous à part. Elle les aime bien, Pavel. Quand même un peu. Mais voilà, elle a une approche bien différente des autres. Elle les apprécie. Trop. Elle aime les taquiner. Elle aime le rentre-dedans. Pas de pensées perverses, mes amis, je vous parle de drague non subtile. C'est cela. Draguer. Flirter. Et plus si affinités. Elle n'est jamais sérieuse. Elle apprécie le moment à sa juste valeur : comme étant quelque chose qu'elle aurait désiré et non pour laquelle on la paie. Tepu, tepu, crient les idiots, tu couches avec qui le veut bien ! Et elle rit. Et elle dit. Au moins, je l'aurais choisi. Je suis bien loin d'être ce que je fus. Tepu, tepu … Quel drôle de mot. Les jeunes de nos jours ont besoin qu'on leur tire trois claques. Tepu, tepu … S'ilsa savaient seulement, ce que c'est au juste ! Voilà, la dernière Pavel. Frivole.

Je vous sens perdu. Je comprend. Reprenons. Trois Pavel. La première est gentille, douce, patiente, destinée entièrement aux enfants. La seconde hait les superficielles et se moque d'elles ouvertement, perdant parfois patience à les voir se dandiner. La dernière est frivole, libertine, pour se rappeler qu'elle est aujourd'hui libre et affranchie …
Voilà. Pavel. Pavel la non violente. Pavel qui aime. Pavel qui chérit. Pavel libre. Pavel repentie.







HISTOIRE



(… Quelques mots légers. Quelques : D)


« Comme disait parfois mon père : passer son présent à penser le passé tue l'avenir. Mais soit, pour quelques minutes, je vais tuer notre avenir commun. »

Quand on pense Russie, on pense Moscou. Pavel est née bien loin de Moscou, de l'autre côté de la Russie : Vladivostok. Vous sortez une carte ? Ne bougez pas, je vais vous aider : regardez près de la Chine, près de la mer, et vous verrez la ville natale de la gentille Pavel.
Famille pauvre. Un frère ainé, mais si vite disparu, emporté par la maladie. Elle n'eut pas le temps de le connaître, ainsi ne s'agit-il pour elle que d'un nom, Oleg. Mais elle n'était pas Pavel encore, ses papiers la désignaient comme étant Nadejda, ses parents la surnommaient «Nadia»... Mais elle n'était pas encore Pavel.
Petite enfance, elle n'eut pas grand chose à en dire. Elle en parle peu. Elle en parlera toujours peu. Quand elle eut 10 ans, ses parents décidèrent de tenter le tout pour le tout : ils partirent pour Moscou. Un an. Un an entier de voyage à travers la Russie toute entière. Pauvre. Et long. Mais certainement les meilleurs souvenirs. C'est qu'ils en rencontrèrent, des personnes ! Des amis de passage, des amoureux à embrasser derrière un buisson, de vieux rancuniers, d'anciens nostalgiques de l'URSS, des femmes aigries... Et tant d'autres ! Elle regretta presque ce voyage quand ils furent à destination. Et la course au travail commença de nouveau pour son père. Sa mère eut un boulot misérable, mais rapportant assez pour nourrir la petite famille.
Et son père trouva un travail quand elle eut 13 ans. Et pas un mois plus tard, il débarqua dans la chambre de sa fille, en pleurs. Elle tira son drap, s'assied sur son lit pour essuyer les larmes de son père, qui noyaient déjà son visage. Il était une mare et il sanglotait des excuses. « Pardonne-moi, ma Nadia, ma toute petite Nadia, pardonne-moi, pardonne-moi... Mais j'ai tant besoin de cet argent, pardonne-moi, je t'en supplie, ma douce Nadia... » Te pardonner … ? Mais avec plaisir, mon cher papa. Mais de quoi ? Pourquoi ? Elle regretta encore une fois le voyage quand un homme en costume entra dans la chambre et que le père sortit en fermant la porte à clé. Elle le fit comprendre. Son père avait beau pleurer derrière la porte, elle criait. Elle hurlait la douleur, elle hurlait la trahison, elle hurlait les coups de reins qui lui faisaient si mal, si mal, si mal … Et l'homme partit quand il n'eut plus de force et laissa là la gamine recroquevillée. Et son père pleurant. Une liasse en main.

Elle se tait et fixa le jeune homme. Il avait bien intérêt à être croquant, pour lui faire tant de mal, à lui demander de parler … Puis elle soupira.
« Êtes-vous certain de vouloir la suite ? J'espère que vous ne faîtes pas sur le pouce, ou je crie à l'arnaque ... »
Et elle continua son récit.


Son père avait gagné beaucoup. Un fruit nouveau, un fruit que rien n'avait touché ! Tant d'argent pour une gamine ! Nadejda pleurait dans ses draps tachés de sang. Et quand sa mère lui implora de lui expliquer, aucun mot ne franchit ses lèvres. Rien. Pas une parole. De même pour le père. Une sorte de secret que la mère décida de respecter. Un secret qui revint. Une nouvelle fois, deux fois, trois fois … Et toujours de l'argent, le même argent. Et son père qui commença à ne plus travailler et à boire … La vodka, la vodka... Mais de la mauvaise ! De la pisse d'âne ! Et sa mère ne dit rien, ravagée par l'incompréhension. Et la fille se détacha de son père et commença à trainer dans les bas quartiers de Moscou.
Combien ? Tant de fois ! Et toujours l'argent qui tombait du ciel … Elle n'y prit pas goût, à cet échange, mais elle apprit à simuler. Et plus elle grandissait, plus le tarif montait en flèche. Elle avait des mains de déesse, que les plus envieux laissaient courir. Et les ricanements pervers à son passage … Qui ne la connaissait pas ?
16 ans. Elle rencontra un riche homme qui lui proposa de ne coucher qu'avec lui. Uniquement lui. Pour bien plus. Elle le fixa, hésitante. Il était laid, il était gros, il était riche. Il puait l'arnaque. Il puait tout court. Même le froid d'hiver cachait mal cette odeur nauséabonde. Elle leva la main. Un essai. Un avant-goût du boulot.
Et depuis, elle ne quitta pas l'homme. Il prêta la jeune fille à ses amis, il la prêta à sa femme, il la prêta pour beaucoup ! Et il commença à l'appeler sa petite pute. Il n'avait pas tord. Elle n'était que ça. Une petite pute. Et voilà.

Elle grinça des dents.
« Suite à cela, je l'ai suivi dans ses déplacements, en France, en Allemagne, un peu partout, sauf aux USA. Il avait peur des USA. Et je n'ai plus revu ma famille. »
Elle haussa les épaules et s'alluma une cigarette. Tirant une bouffée, elle poursuivit.


Un an, un an et demi... Elle ne compta pas. Mais un jour, elle s'enfuit. Elle quitta cet homme, elle prit la fuite, elle dévala les rues … Les rues françaises ? Les rues polonaises ? Les rues d'où ? Qu'est-ce que cela pouvait lui foutre ! Elle courait et entra dans la première église qu'elle vit. Elle haletait. Elle tremblait. Elle éclatait en sanglot sur le sol froid du lieu saint.
Et un homme s'approcha. Posant la main sur son épaule, il lui demanda tout bas :
« Qu'y a-t-il, mon enfant ? »
Elle demanda à se confesser. Il l'entraina sans forcer vers la cabine, et quand elle fut installée de son côté, lui demanda une seconde fois :
« Qu'y-t-il donc, mon enfant ? Parlez sans crainte. »
Sa voix avait quelque chose de rassurant... Car elle lui dit tout. Lentement, car l'anglais n'était pas son fort. Mais elle raconta tout. Tout … Elle crut un instant qui l'arracherait de sa place et la jeterait dehors. Mais rien. Le silence s'installa, et elle entendit son sourire – oui, elle entendit son sourire ! -.
« Dieu vous pardonne, mon enfant. »
Et Nadejda se laissa aller contre le mur, pleurant doucement à chaudes larmes. On lui offrit le logis pour la nuit, et à son réveil, elle se réveilla, une lettre sur son lit. Elle l'ouvrit et … Et quoi ? Vous connaissez l'histoire. L'île. Après tant de … De … De réalité dit-on ? Un peu de rêve. Sa rédemption. Dieu lui avait pardonné, non ? Petite pute était repentie. Petite pute était libre …

Six mois. Six mois et Nadejda s'appelle Pavel. Parce que c'est mieux ainsi. Parce que Pavel est cet homme qui lui a annoncé que Dieu l'avait pardonnée. Alors elle avait pris son nom, pour le remercier. Elle s'appelait maintenant Pavel. Pavel …
Aujourd'hui, Pavel aide les gosses dans l'espoir. Aujourd'hui, Pavel connait les ficelles du métier, et joue les patronnes de quelques garçons exhibitionnistes. Avec le plaisir de les draguer ouvertement pour rire. Pour rire...

« Fini, la petite pute ! »
Elle rit. Le jeune homme rougit.







DERRIERE L'ECRAN



Âge : Toujours le même, cher colonel ! 17 au rapport.

Comment avez vous découvert ce forum ? T'as vu la joulie image sous mon avatar ? Voilààà !

Première impression ? Euh, bah... « Mon Dieu, la montagne de job ! Allez tout le monde, au travail ! >: D » globalement.

Vous pensez être très présent/assez présent/pas trop présent ? : Plus qu'avant si possible.

Autre chose ? ..... Style. Sérieux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Avenue of the Roses

Avenue of the Roses

Féminin
Messages : 346
Age : 24
Date de naissance : 14/05/1993
Nom de Code : Witherless
Quartier : Avenue of the Roses
Plume : Créatrice de Pierres-Plumex (cf fiche)

MessageSujet: Re: Russian roulette & co. {le retour Dim 7 Aoû - 1:12

BBJTVALIDSUSU
(Voilà pourquoi je ne suis pas chargée de la validation des fiches.)

Mais plus sérieusement, rebienvenue Pavel. ♥



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Russian roulette & co. {le retour Dim 7 Aoû - 1:16

<3
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Russian roulette & co. {le retour

Revenir en haut Aller en bas

Russian roulette & co. {le retour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
— Esplumoir ; ::  :: 
La décharge
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit