AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Forum en pause. Voir ICI.
 

Partagez|

AMARILLI – Midsummer Dream.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: AMARILLI – Midsummer Dream. Lun 8 Aoû - 18:05

IDENTITE




Nom : Elvezia. Parce que mademoiselle est une Italienne pur souche. Même si c'est pas toujours facile de se rappeler de son nom de famille, y'a plus simple quand même.

Prénom : Amarilli ; Ophelia. On lui a donné deux prénoms, le premier venant de son parrain le second de ses parents. C'est pas super original, pas facile de se souvenir que non il y a "i" et non un "y" à la fin d'Amarilli et que Ophelia, elle n'aime pas ça, mais le garde par respect pour ses paternels.

Nom de code : Coeur d’Amaryllis.

Âge : 17 ans. Elle ne les fait pas, mais s'en contente, ce n'est pas elle qui va décider si demain elle aura dix ans ou plus.

Nationalité : Italienne. Parents italiens, famille italienne. A sa connaissance, personne n'est né autre part qu'en Italie.

Orientation sexuelle : Hétérosexuelle ; non pas qu'elle est homophobe, elle n'a absolument rien contre. Mais voilà, elle préfère embrasser les garçons plutôt que les filles.

Métier : Architecte. Elle possède le cabinet d'architecture dans Bloody Lane, bien qu'habitant dans Avenue of The Roses.

Plume souhaitée : Détection des mensonges. Amarilli n'a jamais vraiment prêté attention aux mensonges des autres, limite si elle ne s'en fichait pas totalement. Cette plume lui permet simplement de savoir si la personne qui lui parle ment ou non. Ce n'est pas comme si elle savait la vérité, mais elle sait au moins que ce n'est pas la réalité. Pouvoir complètement inutile en somme, mais ça l'aide pour les arnaques en tout genre.

Plume attribuée : N'essayez même pas de chercher Amarilli lorsqu'elle est de mauvaise humeur, vous risqueriez de vous prendre une poutre en acier dans la tronche. Pliée en quatre la poutre, c'plus facile à soulever. Parce que mademoiselle peut en effet plier les métaux les plus résistants qui soit, tel est sa plume. Elle peut aussi bien plier le petit critérium qui lui sert pour dessiner ses plans que la poutre qui servira de pilier pour la maison. Ce n'est pas forcément ce qui lui plait de faire du sport avec des trucs en métal, mais c'est bien pratique, étant une jeune fille sans trop de force brute.

Quartier : Avenue of The Roses. Bien que le cliché des habitants de ce quartier ne lui plait pas, c'est le quartier qu'elle a trouvé le plus agréable à vivre. Elle évite au possible ses voisins et préfère discuter avec les gens des autres quartiers. La guerre ? Quelle guerre ? Ama' s'en contre fiche parfaitement, après tout ses clients sont quatre quartiers de l'île.



CARACTERISTIQUES PHYSIQUES



Amarilli, quand on la regarde, on ouvre légèrement la bouche. Parce qu'Amarilli, elle est belle. Et c'est pas juste pour la flatter, c'est la vérité pure. Amarilli, c'est pas le stéréotype de l'Italienne qui glousse dans tous les sens et qui sourit tout le temps. C'est pas l'Italienne qui a des jambes interminables, des gros seins à en donner un torticolis au premier pervers qui passe. Amarilli, c'est pas le stéréotype de l'Italienne qui drague dans tous les coins de rue. Mais même sans ça, Amarilli, elle est belle. Elle n'est pas bien grande, non. Elle ne doit pas dépasser le mètre soixante-cinq et encore. Elle n'a pas de longues jambes toutes lisses, ni de longs bras ornés de bracelet hors de prix. Sur cette île de toute manière, comment en trouver ? Non, Amarilli, c'est quelqu'un de normal, avec un IMC normal. Avec un corps normal. Ses jambes ne font pas un mètre cinquante, mais ils lui suffisent pour marcher. Ses bras ne sont pas brillants d'or, mais ils lui suffisent pour travailler. Amarilli, elle est belle, même si elle ne fait pas un gros bonnet de soutien-gorge. Même si elle n'a pas un gros postérieur suggestif. Amarilli, elle est simple, c'est ce qui fait toute sa beauté. Elle a un ventre plat, une peau mâte de nature. L'Italie est un bon pays pour bronzer tous les jours même si on ne le veut pas. Et Ama' a, durant son enfance, fait les frais du soleil quasi-permanent en Sicile. Elle a des doigts qui peuvent agripper n'importe quoi, des ongles en parfaite santé. Elle a les poignets assez fins, mignons. Des chevilles fines, qui supportent sa cinquantaine de kilos.
Amarilli, elle a un beau visage. Une peau lisse. Une peau de bébé qu'elle entretient tous les jours, suite aux recommandations de sa mère. Amarilli, elle a les yeux caramel. Une couleur marron qui donne envie de la fixer durant des heures. Amarilli, quand elle se sent d'humeur ou quand l'envie lui prend, a un doux sourire, un sourire de fée, un sourire bienveillant. Même si le plus souvent, elle a cet air renfrogné, concentré sur quelque chose. Elle est belle Amarilli, elle a un nez fin, droit. Elle a des pommettes légèrement rosées, qui montrent son mode de vie saine. Amarilli, elle a de longs cheveux châtains. Elle les coiffe parfois en un chignon tout mignon. Elle les entretient, comme son visage. Pour qu'ils aient encore leur belle couleur noisette. Et puis, elle a toujours une petite mèche rebelle, impossible à coiffer. Ses amis rigole en la voyant pour la première fois, mais ça fait son charme.
Puis, Amarilli, c'est une fille qui n'aiment pas porter ce que tout le monde porte. Elle est simple, elle ne fait jamais dans l'excentrique. Elle porte des couleurs claires, des couleurs qui lui vont bien. Elle aime porter des bijoux discrets, elle aime la simplicité que lui offre la mode. Alors elle ne s'habille qu'avec des choses simples, pas sophistiquées. Mais elle aime ça. Et ça la rend belle, Amarilli.





CARACTERISTIQUES PSYCHOLOGIQUES



Amarilli, si on devait la comparer à quelque chose, ce serait surement à une bombe attaché aux chevilles, comme dans Inglorious Basterds. A tout moment elle peut exploser, on sait pas où, on ne sait pas quand. On sait juste que ça va péter et que ça va faire mal. Amarilli, c'est une fille qui a du caractère, quelqu'un qui ne mâche pas ses mots. Amarilli, c'est une personne franche, tant pis si ça ne plait pas à tout le monde. Elle dit toujours ce qu'elle pense, au grand damn de ses amis qui parfois, espère un peu de fausse gentillesse. C'est très certainement l'un de ses plus grands défauts, comme la plus merveilleuse de ses qualités. Du coup, Amarilli ne ment que très rarement. Uniquement quand le besoin se fait sentir. Uniquement quand on le lui dit. Uniquement quand elle ne peut pas dire la vérité. Et le pire, c'est qu'elle sait très bien mentir, comme si elle avait fait ça toute sa vie. Ses mensonges sont tellement réalistes qu'il est difficile pour son interlocuteur de voir si elle dit la vérité ou non. En plus d'être la franchise née, Amarilli n'est pas quelqu'un qui parle à tord et à travers. Vous pouvez être sûr que si vous lui confiez un secret, il ne sortira pas de sa bouche. Elle ne voit pas pourquoi est-ce qu'un secret devrait être révélé à tout le monde si justement c'est un secret. C'est donc pour cela qu'elle voit les ragots et autres rumeurs totalement inutiles et sans intérêts. Si ça peut faire plaisir aux grands de l'île et qu'elle n'est pas concernée, ça lui va. Car Amarilli, elle sait quand on parle d'elle. Elle n'aime pas vraiment ça d'ailleurs. C'est si. Si lâche. Si facile. Elle est prête à parier que ceux qui disent telle ou telle sottise à son sujet ne sont pas capable de venir le lui dire en face. Mais bon, il faut bien de tout pour faire un monde.
Amarilli, c'est quelqu'un de très patiente. Travail oblige, elle peut passer plusieurs heures voire jours devant sa planche et son papier, critérium en main pour finir un plan. Elle peut attendre durant des mois un livre qu'elle a commandé. Elle peut attendre des heures dans une salle d'attente bondée, une caissière trop lente pour rendre la monnaie et ainsi de suite. Il y a tout de même des limites à sa patience, et cette limite n'est nul autre que le temps lui-même. Ironie, quand tu nous tiens. Quand Amarilli est pressée, elle l'est pour de vrai, pas le temps d'attendre alors, elle pousse, court et... fini par se casser la gueule quelque part. Amarilli n'est pas très adroite quand la fatigue la prend. Non en fait, elle n'est pas très adroite tout court. Il lui arrive fréquemment de tomber alors qu'il n'y a rien sur la route, de renverser son café sur le fauteuil, de casser un verre par mégarde... La seule chose dont elle est d'une extrême souplesse, c'est dans son travail. Il lui est alors impossible de rater quelque chose.
Amarilli est quelqu'un de sage. Enfin, le terme exacte est de je-m'en-foustiste. Bien qu'elle puisse s'intéresser à une affaire quelconque, il lui arrive souvent de regarder les gens lui raconter leurs problèmes pour finir avec un magnifique "et alors ?". Il en va de même avec la guerre inter-quartiers. Comment ça c'est grave ? On s'en fiche, ça ne la perturbe pas et ça ne perturbe pas son train-train quotidien. Amarilli, en personne organisée qu'elle est, n'a pas pour habitude de perdre son rythme de vie préparé à l'avance. Non pas qu'elle s'ennuierait trop ou qu'elle se sentirait perdue sans ses manies de tous les jours, mais la jeune fille a toujours marché comme ça. Malheureusement pour ceux qui décident de l'embrouiller pour jouer : ils se retrouvent toujours dans une très mauvaise position. Puis Amarilli, elle peut être gentille parfois. Quand elle n'est pas trop surmenée. Quand il fait beau. Quand on ne l'embête pas. Quand on n'essaye pas de la rabaisser à cause de sa faiblesse physique. Elle peut être vraiment adorable aussi. Quand elle fronce légèrement les sourcils pour montrer qu'il y a un problème. Quand elle sourit. Mais ça, ça n'arrive pas très souvent.







HISTOIRE



Je ne suis pas dupe, je vois bien que tu cherches à me rouler dans la farine en me faisant croire que tu es innocent. Mais je sais bien, moi, que tu es coupable. Je l'ai toujours su. Je connais ta noirceur. Tu es coupable de ton éternité. Tu ne cesses de me déshonorer. – L'Obsession Vinci ; Sophie Chauveau.


La vie d'Amarilli est d'une banalité à en faire pleurer le plus grand des cinéastes. Elle n'est certes, pas tranquille, ni même joyeuse. Mais elle est ordinaire. C'est pour ça qu'Amarilli l'aime bien.

Elle est née à Naples, de ses deux parents italiens. Fille unique d'une famille de cadre, elle ne manquait de rien. A sa naissance déjà on l'aimait, cette gamine à la bouille adorablement mignonne. Sa famille était grande. Au moins une vingtaine de cousins. Autant d'oncles et de tantes. Tous Italiens, tous ont réussi dans un domaine. Le onzième cousin d'Amarilli en partant du bas était chef d'entreprise. Le troisième frère de son père était médecin. Et elle, elle était pourrie-gâtée. Amarilli, c'était la toute petite dernière, le cousin avec qui elle avait une différence d'âge minime était déjà en deuxième année d'école d'ingénieur. Alors forcément, quand il y avait un nouveau-née, c'était la fête. Mais voilà, avec une famille comme ça, la vie n'était pas forcément de tout repos. Dès qu'elle su marcher, parler, on la voyait déjà en elle quelqu'un de puissant, quelqu'un qui pourrait faire ce qu'elle veut de sa vie. Mais à peine sa cinquième bougie de soufflée qu'on exigeait d'elle les meilleurs résultats, les meilleures performances. Trop petite encore pour avoir le courage de demander pourquoi tant de pression, Amarilli se mettait à la tâche sans demander son reste. On la faisait travailler dur, on essayait de la faire avancer par rapport à ceux de son âge. Et ça continuait, encore et encore. On lui apprenait à monter à cheval. On l'apprenait à nager. On l'apprenait à parler d'autres langues. Et Amarilli ne s'en plaignait pas. Toujours sans explications, elle continuait à travailler en regardant les autres enfants jouer dans le parc en face de chez elle. Son cerveau ne tenait qu'à un fil, un minuscule fil qui pouvait l'aider à ne pas pleurer lorsque c'était trop dur. Ce minuscule fil qui la sauverait d'une éventuelle crise de nerfs.

Mais un jour, ce fil se cassa. En deux. Amarilli avait dix ans. Et elle était devant la porte de la chambre de ses parents. Mais les deux personnes qu'elle voyait se chevaucher comme des possédés, ce n'était pas ses parents. Ou du moins, il y en avait un. Ou plutôt une. Sa mère. En train de vraisemblablement prendre du bon temps avec ce que Amarilli appellerait un monsieur. Un autre homme que son père. Elle n'était pas bête la petite, loin de là. La reproduction des mammifères, elle les avait étudié il y a un an déjà. Et elle savait ce que sa génitrice faisait là, avec cet homme. Choquant. Choquée. Sa mère a été l'une des personnes en qui Amarilli avait le plus confiance. Sa mère était un modèle. Elle arrivait à avoir une vie de couple (et extra-conjugale visiblement) tout en assurant parfaitement son travail de Directrice marketing. Elle pensait que sa mère était une personne gentille et honnête. C'est l'une des premières à avoir poussée la brunette à se surpasser dans tous les domaines. Cette dernière pensait bien que c'était pour son bien, pour que ses parents soient fiers d'elle. Mais non en fait. Les deux amants s'étaient aperçus de la présence de la gamine. Gamine qui, les larmes aux yeux, venait de prendre en vidéo avec son fabuleux portable dix secondes de leurs ébats. Puis elle s'en alla, prenant son sac de piscine, s'en allant prendre son cours hebdomadaire. Le soir même, après avoir montré la preuve évidente d'adultère, son père demanda le divorce, sans même réfléchir une seconde.

La vérité, en pleine face, ça ne faisait jamais du bien. Une vérité déchirante. Une vérité qu'elle ne supportait pas. Sa mère lui avait alors avoué. Avoué que si Amarilli subissait tant d'efforts aussi bien physique que psychique, c'était pour ne pas perdre la face. Pour ne pas qu'elle puisse se dire que sa fille unique était plus idiote. Moins forte que les enfants de ses frères et soeurs. Ce jour là, le divorce a été prononcé. Amarilli avait onze ans et trois mois. Et elle pleura toutes les larmes de son corps. La garde a été en faveur du père qui, sans trop tarder, fini par retrouver une vie de couple avec une collègue. Amarilli se retrouva seule. Elle continuait à travailler. Encore, pour ne pas perdre espoir qu'un jour, tout redevienne normal. Mais ça n'arrivera plus jamais. Quelques jours avant ses douze ans, elle reçu une lettre. Une lettre qui disait d'appeler un certain numéro. Un numéro qu'Amarilli composa sans réfléchir. Et sans réfléchir, lorsqu'on lui demanda son nom, elle le donna. Pour finir en train de comater sur le tapis gris du grand salon.

Depuis, elle est sur Esplumoir. Rapidement, elle s'est refaite une vie. Des habitudes chamboulées, des proches perdus. Elle s'est souvent demandée si ce n'était pas mieux. Si ce n'était pas mieux qu'elle reste ici, pour ne pas embêter le reste du monde sur le continent. Elle avait appris ce qu'il fallait savoir sur cette île. Sur les habitants. Sur sa plume. Au début, ça l'avait fait bien peur de voir qu'elle avait accidentellement plié le four en deux en essayant de le remettre droit. Mais elle s'y était faite. Plus rien ne l'étonnait. Après tout, cinq ans passés sur l'île, ça détruisait tout bon sens de l'homme. Surtout celui d'Amarilli.






DERRIERE L'ECRAN



Âge : Seize boîtes de bonbons.

Comment avez vous découvert ce forum ? Partenariat en tout genre. Parce que ouai, c'est un peu dur de pas passer par ce fo' au moins une fois quoi /vlan/

Première impression ? PAR LA BARBE DE ST FRANCOIS, DES MONSTRES ENFERMES SUR UNE ÎLE ! DIABLERIIIIIE ! (Oui JdG, y'a un copyright.)

Vous pensez être très présent/assez présent/pas trop présent ? : Bah euh jor, j'suis un peu en vacances là et bon. Reste un mois quoi *chiale* Puis à la rentrée, j'pense être moins présente, TPE plus bac de français et d'histoire-géo quoi. Mais j'serai toujours là.

Autre chose ? [Code validé par Alek', huhu. Réservé]



Dernière édition par Amarilli O. Elvezia le Jeu 11 Aoû - 0:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: AMARILLI – Midsummer Dream. Mar 9 Aoû - 20:19

    Bien erm. J'ai fini ma fiche /o/
    Damn, j'ai vraiment fait n'importe quoi, je suis désolée >_< Mais euh jor, j'suis en pleine lecture d'un livre bizarre et euh genre, comme je voulais finir cette fiche avant demain bah euh voilà.

    Sinon euh, je peux faire toutes les modifications que vous voulez. Je sais qu'il y a des fautes, mais j'arrive pas à les voir, j'ai l'impression qu'elles se cachent ces coquines.

    /met une armure contre les pierres/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: AMARILLI – Midsummer Dream. Mer 10 Aoû - 19:59

Bienvenue Amarilli !



Bien, bien, sincèrement désolée que tu sois tombée sur moi ! Je peux paraître un peu sèche mais il n'en est rien, je ne mets juste pas beaucoup de smileys dans mes posts en général ;) Mais je suis gentille et si tu le souhaites, tu as le droit de m'appeler Admin Watermelon. Jetons un oeil à ta fiche ♫


Identité :
Tout me semble bon. Il y a une petite faute, « n'essayez » et non pas « n'essayait » dans la Plume Attribuée, mais je ne vais pas chipoter pour un rien. Il ne faudrait pas cependant que tu oublies tout de même que ton personnage travaille dans un autre quartier que le sien à ses dépends, par les temps qui courent. Ça ne pose évidemment aucun problème néanmoins ! Le nom de code est ok.

Physique :
J'ai trouvé pas mal de fautes d'inattention, rien de grave, concernant en général la conjugaison pluriel/singulier. Je pense qu'une petite relecture devrait suffire à corriger tout ça, mais ce n'est pas dramatique non plus [Au cas où, je te redirige vers ce correcteur orthographique en ligne qui peut s'avérer bien pratique : ici]. J'ai beaucoup apprécié la manière dont tu l'as décrite, on comprend bien les images que tu emploies et le cliché de l'italienne a réussi à me tirer un sourire (c'est assez difficile d'habitude). C'est également très complet.

Psychologie :
Encore des fautes, pas franchement grossières, mais à relire et corriger tout de même. Attention aux éventuelles contradictions. La demoiselle me paraît très attachante, j'ai hâte de la voir en RP ! Fais gaffe néanmoins, cette guerre n'est pas une histoire façon bisounours et Amarilli peut encourir des risques.

Histoire :
L'histoire est triste sans verser dans le mélodrame, j'ai bien aimé. C'est assez touchant et je trouve la scène des deux amants un peu crue, ce qui n'est pas dérangeant et donne même une atmosphère particulière à ce passage. Dans cette partie, là encore, des fautes et comme au-dessus : à relire et corriger.

Profil :
Hop ! Ton profil n'est pas rempli, je te laisse donc y remédier. Code validé par mes soins hier.


Voilà, tout est à peu près complet, il ne te reste donc plus qu'à corriger en majorité tes fautes et remplir ton profil, je te validerai à ce moment-là ! Bonne fin de journée à toi ♫


[La petite image est de Becky-doc d'amour ! J'tiens à préciser ;p]


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: AMARILLI – Midsummer Dream. Jeu 11 Aoû - 0:33

    J'ai passé mon texte sous BonPatron par flemme de relecture, c'est assez courant chez moi, veuillez m'excuser ._.

    Tout est en ordre normalement, Admin Pastèque ♥
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: AMARILLI – Midsummer Dream. Sam 13 Aoû - 22:42

Alors, alors. Il semblerait que tu aies oublié quelques fautes, mais ce n'est pas grave ni trop choquant, je passe donc. (N'oublies pas quand même de te relire en RP)

Ton profil est rempli.

Je peux donc te valider ! Rappelle-toi de faire ta fiche de liens, et surtout, amuse-toi bien ! Bon RP ! À la revoyure ! J'te souhaite qu'on croise le fer (enfin, les mots) ensemble un de ces jours !

Sur ce... Tu es désormais officiellement membre d'Esplumoir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: AMARILLI – Midsummer Dream. Sam 13 Aoû - 22:48

    Oui chef ! En RP, je me relis assez souvent, don't worry :D ( je pense...)

    Je ferai ma fiche de lien et de RP dès que euh. J'sais pas quand mais très bientôt !
    Merci beaucoup pour la validation <3
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AMARILLI – Midsummer Dream.

Revenir en haut Aller en bas

AMARILLI – Midsummer Dream.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
— Esplumoir ; ::  :: 
La décharge
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit