AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Forum en pause. Voir ICI.
 

Partagez|

Belle-de-jour c'est bien, mais belle de nuit, aussi. | Anastasija | U.C.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Belle-de-jour c'est bien, mais belle de nuit, aussi. | Anastasija | U.C. Mar 4 Oct - 0:28

IDENTITE




copyright Jellyfishprince sur LJ

Nom : Jovanović

Prénom : Anastasija Dragoslava

Nom de code : Belle-de-jour; non pas comme les prostituées qui travaillent de jour, mais plutôt comme la fleur. "Belle-de-jour" ayant pour signification dans le langage des fleurs "Vous vous souciez trop de votre apparence ". Ce qui est loin d'être faux en ce qui concerne la demoiselle, de nature très très coquette.

Âge : 18 ans et des poussières !

Nationalité : La demoiselle est née en Serbie, à Kraljevo, mais a passé la majeure partie de sa vie à Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine.

Orientation sexuelle :La demoiselle en est sûre à 110%, elle est hétérosexuelle. Mais toute fois, très compliquée dans ses choix de "princes".

Métier :
Spoiler:
 

Plume souhaitée :Création d'illusions à partir d'un texte.
Spoiler:
 

Plume attribuée :Maquillage instantané
Spoiler:
 

Quartier : Avenue of the roses



CARACTERISTIQUES PHYSIQUES



Anastajia est un peu comme une poupée de glace. Elle est toute pâle, de partout. Contrairement à ses parents, elle n'a pas le teint légèrement foncé, ni les cheveux bruns...Peut-être avait-il un ou une de ses ancêtres qui était très pâle comme elle. Sa peau a beau être pâle et sembler fragile comme la glace, elle est toute chaude. Si chaude que si elle était réellement une poupée de glace, il fût un temps qu'elle aurait complètement fondue pour laisser place à une plate et ennuyante flaque d'eau. Pour ceux qui prennent les proverbes à la lettre, la miss aurait le coeur froid, puisqu'on dit que lorsque les gens ont les mains froides, elles ont le coeur chaud... Donc ceux qui ont les mains chaudes ont le coeur froid ? Peut-être, qui sait. Restons dans le sujet des mains. Ses doigts sont longs et délicats, tellement qu'on pourrait croire qu'au moindre craquement ils se casseraient, tombant silencieusement au sol. Ses ongles, toujours vernis, ne sont pas si beau en dessous de leur couche colorée. Bien qu'ils soient rosés, tout comme le veut la norme, ils sont parsemés de petites taches blanches. De petites taches causées par le manque flagrant de calcium dans le corps de la demoiselle. Pourquoi ce manque de calcium ? Puisqu'elle n'aime pas les produits laitiers et qu'elle refuse absolument d'en toucher un. Et si ce n'était que le fait d'avoir des taches blanches, ceci pourrait être correct, mais non, de plus, ses ongles sont faibles. Dès qu'elle se prend le doigt dans quelque chose, lorsqu'ils sont longs, ils se cassent presque toujours. C'est désolant, mais il en est ainsi.La blancheur de ses mains laisse voir, lorsque l'on prend le temps de regarder, des lignes bleutées plus visibles que sur les mains d'une personne plus foncée. Bien-sûre, ce sont ses veines, mais le fait qu'elles soient trop voyantes complexe la jeune fille qui, pour les cacher, porte des gants presque à longueur d'année lorsqu'elle sort. Toutes sortes de gants, en cuir, en laine, en dentelles, tant qu'ils s'harmonisent avec ce qu'elle porte. Toutefois, les mouvements de ses doigts sont souples et délicats, ce qui lui permet de faire plusieurs choses avec celles-ci, comme broder...

Malheureusement, le problème de blancheur et de minceur de la jeune fille ne s'arrête pas qu'à ses mains. Il se poursuit sur tout son corps. Comme elle est plutôt mince, elle n'a pas beaucoup de poitrine. Pourtant, ça ne la dérange pas plus que ça, puisque les soutient-gorge rembourrés existent ! Il y a une solution à tout, donc il ne faut pas s'en faire. Par contre, ce qui lui pose plus de problème, ce sont ses os. Ils sont pointus. Donc elle ne peut faire de câlin à personne sans faire mal, mais ce sont des choses qui arrivent, alors si elle veut faire un câlin à quelqu'un, elle n'a qu'à faire attention. Heureusement pour elle, elle n'est pas très grande, un mètre et soixante-cinq centimètres. Ce qu'elle trouve étrange puisque ses deux parents étaient des êtres assez grands, mais bon, la génétique est quelque chose qui ne s'explique pas encore facilement ! Elle n'est pas complexée par sa taille, d'ailleurs elle s'en fout pas mal, puisque devenir mannequin est loin d'être dans ses intentions ! Si elle veut paraître plus grande, elle n'a qu'à porter des talons hauts, ça ne la tuera pas ! De plus sa petite taille ne l'empêche pas de porter des vêtements plutôt "classes" qui lui donnent un certain air hautain qui contraste plus ou moins avec le blanc lait de sa peau. Elle n'hésite pas non plus pour porter des vêtements colorés. Il faut bien mettre un peu de couleur dans sa vie ! Ça redonne toujours le sourire ! D'ailleurs, le sourire et le plus grand atout de Dragoslava ! Son sourire est beau, il est vive. Malgré ses minces lèvres, il rayonne. Il n'est pas beau qu'en simple sourire, il est aussi beau en sourire moqueur, ou en sourire sadique. Son sourire c'est littéralement son charme. Sur son visage rond, il n'y a pas que ses lèvres, il y a aussi ses yeux. Ils sont grands et expressifs. Peine, joie et colère. Aucun sentiment ne passe inaperçu dans son regard bleu, légèrement violacé. Oui, légèrement violet. Pas complètement. Bleu violacé si on veut. Oui, c'est une couleur d'yeux, jolie, mais plutôt rare. Son nez, quant-à-lui, passe plutôt inaperçu tant il est mince et peu long, mais bon, ce n'est pas si grave. Au-dessus de ses yeux, on peut voir de minces sourcils blonds. Aussi blonds que ses cheveux. Ses cheveux sont longs, très longs, presque aux fesses. Elle passe de longs moment à les coiffer, mais elle ne les attache jamais, elle préfère les laisser détachés et les sentir au vent... Malheureusement, ils sont très durs à coiffer, mais bon, elle fait avec !







CARACTERISTIQUES PSYCHOLOGIQUES




L'actrice aux longs cheveux fins était posée sur son lit à baldaquins dorés. Elle ne faisait rien de particulier, mis-à-part de fixer le vaste mur de son regard violet. Un truc qu'elle faisait quotidiennement. Pour se détendre, pour être seule avec elle-même, même si cela lui donnait un air étrange, mais que voulez-vous. Dans notre réalité, tout ce qui sortait de la norme était dit comme étant étrange. Donc éventuellement, les filles aux cheveux blonds presque blancs et aux yeux violacés, qui parlent toutes seules ou qui écrivent dans un cahier ce qu'elles pensent plutôt que de parler avec les autres et qui en plus, font l'école à la maison, c'était considéré comme quelque chose de relativement hors des normes de la société. Donc étrange. En conclusion, Anastasija était étrange, mais ça ne la dérangeait pas. Puisqu'elle aimait être étrange, parce qu'elle savait que de toutes façons, elle réussissait mieux dans la vie que toutes autres personnes dans les normes établies par la dure sociétés. Elle était actrice, en plus d'être une presque excellente narratrice. Sa famille était riche, elle avait ce qu'elle voulait, mais cependant, elle n'était pas normale. Une anormale née de parents tout-à-fait normaux, c'était plus ou moins complexant. C'étaient seulement ses agissements qui étaient étranges. Peut-être que cela allait mal dans son cerveau, mais rien n'était prouvé. Hormis un ou deux troubles obsessionnels compulsifs. Le premier étant une compulsion. Elle s'arrachait des mèches de cheveux, souvent sans s'en rendre compte, mais cette compulsion commençait à s'atténuer avec le temps. De toutes façons, elle avait tellement de cheveux sur le crâne que cela ne se remarquait presque jamais. Le second, étant une obsession. La peur d'avoir de violentes pulsions. Peu importe le type de pulsion, tant dans ce qui était de faire le mal qu'autre chose. Elle en avait tellement peur, qu'elle était plus qu'anxieuse à l'idée qu'elle pourrait avoir une pulsion violente à n'importe quel moment. Le pire, c'était qu'elle en avait tellement peur que cela arrvait souvent. Voilà, elle n'était pas plus étrange que cela, même si ses manières la faisaient entrer dans la catégorie des gens anormaux. Aucune trace de schizophrénie, ni de bouffée délirante aiguë, rien de cela, rien d'inquiétant. La demoiselle poussa un long soupire, toujours en fixant le mur blanc aux bordures roses pâle qui se tenait fermement devant elle...

Elle empoigna le cahier qui se tenait à côté d'elle et le crayon, qui lui aussi, se tenait fièrement à côté. Elle y inscrivit une phrase qui lui passa par la tête.


“Demain, et demain, et demain ! C'est ainsi que, à petits pas, nous nous glissons de jour en jour jusqu'à la dernière syllabe du temps inscrit sur le livre de notre destinée.”

-William Shakespeare


Dans ce petit livre, elle avait pris l'habitude d'y inscrire pleins de trucs. Tout ce qui lui passait par la tête ; petites pensées, grandes citations, texte...Anastasija écrivait puisqu'elle ne parlait pas. Elle ne parlait presque pas hors de ses pratiques de théâtre, des pièces de théâtre ou lorsqu'elle racontait une histoire. Elle ne parlait pas, parce que c'était une perte de temps inutile si ce n'était pas pour un but culturel. Elle parlait pour se vanter, pour divertir ou pour demander qu'on lui apporte quelque chose, mais presque pas pour autre chose. Toutefois, si quelqu'un se montrait très insistant au sujet d'entendre sa voix, elle ne se laissait pas prier et parlait. Elle se sentait importante lorsqu'on l'implorait limite de parler. Mais enfin... Pour compenser son manque de parole, elle écrivait. Beaucoup. Anastasija aurait bien aimé suivre les traces de grands dramaturges, tels Shakespeare. Pourtant, la demoiselle le savait, elle avait plus de talent pour jouer les pièces que pour les écrire. Comme elle était aussi têtue comme un âne, elle s'entêtait à écrire et écrire divers passages de pièces qui lui venaient à l'esprit, mais rien n'était jamais à la hauteur pour satisfaire le désir de voir les choses bien faites qu'avait la jeune fille. Quand ce n'était pas parfait, elle pleurait, criait, geignait... Comme une vraie gamine. Et ce n'était pas de la comédie, oh que non. D'ailleurs, avec elle, c'était si dur de démêler le vrai du faux. Cette blonde jouait si bien la comédie que l'on ne savait même plus si elle disait la vérité ou si elle mentait. Cela lui permettait de manipuler les gens. D'obtenir ce qu'elle désirait en un simple regard de chiot battu. C'était un peu comme l'histoire du petit garçon qui criait au loup qui avait pour morale "Qui une fois ment, personne ne croit, bien qu'il dise vrai parfois.". Tant elle avait utilisé son talent, les gens vint à ne plus la croire. Puisque sans qu'elle ne le sache, un jour ils avaient fini par le savoir. C'étaient des choses qui arrivaient lorsqu'on s'amusait autant à faire marcher les gens.

La petite demoiselle se laissa tomber dos sur son lit et se mit à fixer le plafond. Très peu différent du mur, mais plus haut, donc plus classe. Même si elle faisait l'école à la maison, la demoiselle avait un tas de devoir à faire. Elle n'avait pas le choix, elle était tout de même assignée aux même exigences que les jeunes de son âge qui fréquentaient une école bien normale cinq jours sur sept six heures par jour. Malheureusement, elle était bien trop paresseuse pour se lever et aller prendre ses cahiers posés sur le coin de son bureau. C'était bien un de ses défauts. En dehors de son "métier", elle était relativement paresseuse, ne se levant que pour faire ce qu'elle avait à faire d'intéressant. C'est-à-dire, se maquiller, s'habiller, se coiffer... Puisque oui, elle était très coquette. Même si elle n'était pas très jolie au niveau du corps, elle faisait tout pour paraître jolie et plus belles que toutes les autres filles qui croissaient son chemin. Par contre, une fois qu'elle était chez elle, cette coquetterie s'envolait et elle redevenait la fille médiocre qu'elle était. C'était malheureux, mais elle se mettait si jolie que pour l'avis des autres et non pas son bien-être à elle-même. Les autres passaient avant elle. Ceci était vrai dans tous les sens du terme. L'avis des autres sur sa personne compte bien plus que ses propres avis. De l'autre côté de la médaille, Anastasija pense beaucoup aux autres. Elle aime bien les aider d'une façon ou d'une autre lorsqu'ils ont besoin d'aide. En plus de cela, elle est plus ou moins. Pas trop, mais pas trop peu. Juste un peu.

La demoiselle devrait peut-être songer à dormir. L'horloge allait bientôt sonner ses douze coups et le lendemain, elle devait se rendre au théâtre pour la répétition générale d'une pièce de théâtre. Une simple pièce de quartier cette fois, mais combiné avec l'anxiété qui était issue du prochain rôle qu'elle allait entamer dans une pièce de plus haut niveau rendait le stress de cette pièce de quartier bien plus lourd pour ses épaules qui ne semblaient pas être capable d'en supporter plus pour le moment. Elle cumulait la fatigue, mais elle ne semblait pas s'en préoccuper. Non, puisqu'elle ne se préoccupait presque pas de sa santé. C'étaient ses parents qui le faisaient à sa place. Si personne ne le faisait, qui allait le faire ? Certainement pas elle. Personne ne s'occuperait mieux de son corps qu'elle-même, mais elle ne semblait pas vouloir entendre cette affirmation, pourtant totalement vraie. Jamais elle ne ferait ce qu'elle considérait "s'abaisser à ce que lui disent les gens". Dragoslava était persuadée qu'elle valait bien mieux que les autres. Donc, elle croyait que les avis des autres ne valaeint même pas plus que les siens. Narcissique ? Oui. Non, pas le genre de narcissique qui embrasse son portrait dans les miroirs. Puisqu'elle le savait, elle n'était pas jolie et en plus, elle avait peur des miroirs. Elle croyait en ces légendes d'esprits sortants des miroirs pour éventuellement se venger de ceux qui ont troublé leur sommeil en les invoquant. Donc Anastajia s'arrangeait pour faire ce qu'elle avait à faire sans passer trop de temps devant un miroir. Elle était surtout le genre de narcissique qui croyait que tout le monde l'enviait, qui se sentait supérieure aux autres. Son existence était, à ses yeux, grandiose. Bien que les gens en croyaient le contraire. Malgré ça, elle enviait les gens qui avaient plus que ce qu'elle ne possédait. Bien qu'elle ne s'avouerait jamais jalouse.

Anastajia s'étira et se glissa sous ses couvertures, lâchant son cahier et son crayon sur le sol. Elle posa sa tête sur ses oreillers avant de se remettre à songer. À quoi allait-elle rêver cette nuit ? Comme de raison, elle allait prévoir ce à quoi elle voulait rêver. Dragoslava était une demoiselle, bien que très peu organisée dans sa tête, était d'une organisation extrême avec tout ce qui se rapportait au classement d'objets, de routines ou encore, de rêves. C'était une de ses qualités. Si on regardait bien sa chambre, rien ne traînait. Du moins, il n'y avait, pour le moment, que son cahier et son crayon, sinon il n'y avait jamais rien. Tout ce qui pouvait traîner sur son plancher ou bien ce qui était mal rangé, l'irritait Surtout, la demoiselle avait horreur de se prendre le pied dans quelque chose qui traînait au sol. Elle ressentait absolument le besoin de faire du ménage. La blondinette ferait une excellente femme de ménage, même si elle ne songerait jamais à s'abaisser aussi bas que ça. Plutôt mourir.

Cette nuit, elle aimerait bien rêver d'un grand jardin fleuris... D'ailleurs, la demoiselle était une rêveuse. Elle adorait rêver. Tous les jours, lorsqu'elle se réveillait, si elle se souvenait assez bien de son rêve, elle empoignait son cahier spécial rêve et y inscrivait ce à quoi elle avait rêvé. La blonde aimait bien chercher la signification de ses rêves dans un livre à ce sujet qu'on lui avait offert à son douzième anniversaire. Ça l'intéressait beaucoup. Elle était, aussi, souvent dans la lune, ce qui lui causait parfois des problèmes d'attention. Il arrivait qu'elle partait dans la lune lorsqu'on lui parlait, ceci lui était même arrivé une fois lors d'une pièce... Ce n'était pas très drôle, mais c'étaient des choses qui arrivaient ! Anastajia ferma les yeux, sur le point de s'endormir, mais juste avant, elle aurait bien aimé avoir un câlin. Elle était très câline, mais elle en avait honte, donc elle évitait le plus possible de mettre ce trait à la vue de tous, mais parfois, elle se laissait trop aller et se mettait à faire des câlins à tous ceux qui se tenaient près d'elle. C'était ce qui arrivait lorsqu'elle se retenait trop ...









HISTOIRE



_27 janvier 2003_Yougoslavie

Hier, maman est partie ailleurs. Dans un grand pays. Un pays où règne la paix, bien plus qu'ici a dit papa. Donc, si elle est partie dans un pays où la paix trône beaucoup plus qu'ici, elle doit être partie loin loin ! Puisque la paix, ici, il n'y en a pas pour le moment, c'est vraiment triste. Le pays où elle est partie, il est blanc tout blanc, papa m'a dit. "Donc, elle est restée en Europe ?" ai-je demandé à papa. "Parce qu'en Asie, ils sont jaunes ! Et qu'en Afrique, ils sont couleur chocolat !" ai-je rajouté avec peut-être un peu trop d'enthousiasme ! Pourtant, on aurait dit que le visage de papa était devenu plus sombre, un peu comme une ruelle le soir. Maman m'a déjà dit que je devais éviter de mettre le pied dans une ruelle quand elle est sombre, ça veut dire que je devais éviter de parler à papa quand il est sombre du visage ? C'est triste... Mais papa n'a rien répondu de sombre à mon interrogation. Il m'a simplement répondu que dans le pays où elle était partie, il y avait pleins de licornes, des arc-en-ciel à longueur de journée et que les feuilles des arbres ne tombaient pas. Il a rajouté que maintenant, maman était immortelle. Mais si elle est immortelle, ça veut dire qu'elle sera triste quand je vais mourir ? C'était ce que je me suis demandée à la seconde même où papa me sortis cette absurdité... On ne peut pas être immortel, peu importe dans quel pays on va ! "Elle est retournée en Serbie ? " que j'ai demandé, mais c'était peut-être un peu idiot. En Serbie, il n'y avait pas de licornes, enfin, pas quand je suis partie. Et les feuilles des arbres tombaient, mais qui sait, peut-être que ceci a changé en cinq ans. Je ne suis pas retournée en Serbie depuis que je l'ai quitté. Puisque maman n'avait plus de famille, donc ça ne servait à rien... Et d'une façon ou d'une autre, on serait venus en Bosnie et Herzégovine. Puisque papa venait d'ici, même s'il était serbe. En gros, c'est un serbe de Bosnie. Des fois, je me dis qu'on aurait pu aller dans un endroit plus tranquille. Ce n'était pas marrant en ce moment, en Yougoslavie. On m'a dit plein de fois de ne pas m'inquiéter de ça, que ce sont des histoires d'adultes. Des bêtises d'adultes. Apparemment, les adultes aussi pouvaient faire des bêtises, moi qui croyait que ce n'était que les enfants qui en faisaient. Ils ont beau dire ça, c'est vrai que j'ai dix ans seulement, mais c'est à quel âge que je vais pouvoir me mêler des trucs d'adultes ? Quand j'aurais soixante-dix mille ans ? Quand je serais sous le bord de me casser tellement je vais plier ? Mais bon...

Après ça, j'ai demandé à maman ce qu'elle allait faire de sa vie maintenant qu'elle était immortelle. Dit comme ça, ça ne paraît peut-être pas, mais des siècles, des millénaires, c'est long longtemps... Il m'a répondu qu'elle allait me surveiller. En gros, je n'aurais plus un instant de vie à moi-même puisque je serais constamment surveillée ? C'est troublant... En même temps, je me demandais bien comment on pouvait me voir à partir d'un autre pays... Ça fait peur un peu, quand j'y pense, peut-être qu'on me surveille à partir de l'autre côté de la Méditerranée ? Sur le coup, ça m'a troublé... Ça veut dire que quelqu'un quelque part a vu ma petite culotte à ours en peluche ? Oh la honte.... J'en ai qu'une comme ça... Et fallait que quelqu'un l'ait peut-être vue... J'ai dix ans, je ne suis pas supposée avoir de culotte à nounours ! Ce sont les gamines de quatre ans qui ont ça ! En tout cas... Finalement, j'ai fini par demander à papa pourquoi on n'était pas allée voir maman à l'hôpital aujourd'hui, comme on le faisait tous les jours depuis qu'elle était internée. Internée pour une raison que j'ignorais, puisque'encore une fois, on m'a dit que c'était une histoire d'adulte. Ça m'énerve de me faire dire ça, j'ai bien le droit de savoir aussi ! "Tu comprendras quand tu seras plus vieille", c'est une phrase que j'ai entendue bien trop souvent étant plus jeune et encore maintenant. Il me semble que je suis plus mature aujourd'hui qu'avant... Au final, papa a répondu à ma question d'un air neutre "Anastasija... Ta mère est morte". Ça fait mal dit sec comme ça... Mais papa n'est pas un homme qui aime tourner autour du pot. Il va directement. Un peu comme quand on enlève un pansement. On y va d'un coup sec, ça pince un peu après, mais ça finit vite par arrêter. Peut-être que papa voulait éviter que je souffre. J'espère que c'est ça. Le truc, c'est qu'il n'avait pas l'air chamboulé. Peut-être que c'est normal. Puisque les hommes ne pleurent pas. Ce sont les demoiselles qui pleurent. Les hommes doivent être fort pour protéger les dames, s'ils pleurent, ils ne pourront pas. Maman, elle m'a déjà dit, que les hommes qui pleurent, ce sont des hommes qui sortent avec d'autres hommes. Ça se peut ? C'est étrange, j'en ai jamais vu. Deux hommes peuvent avoir des enfants ensemble ? Peut-être que oui, peut-être que non... Ça me perturbe. C'est ça, je suis perturbée. Perturbée par ces drôles de trucs, perturbée par la mort de maman... Elle était un peu comme ma seule amie. C'était normal, puisque je ne suis jamais sortie pour aller à l'école. On me faisait l'école à la maison, mon père ayant beaucoup d'argent, a préféré me payer des profs à la maison que de m'envoyer à l'école. Pour me protéger des dangers extérieurs, dit-il. Ça, j'en doute fort. S'il voulait me protéger des dangers de dehors, il ne m'aurait pas laissée devenir actrice... Parce que oui, j'en suis une. Mais je ne monte pas encore sur scène. Je passe plutôt à la télévision, dans des publicités et dans une série. Plus tard, je voudrais monter sur scène. Maman en serait fière, en me voyant du paradis et je veux qu'elle soit heureuse là-bas, donc je ferais de mon mieux ! Je vais aussi devoir sortir plus souvent de la maison pour aller au parc et me faire des amis, c'est qu'elle voudrait ! J'espère qu'elle se sent bien, maintenant, dans son pays où la paix règne, où tout est immortel ; même les anges, là où il y a des arc-en-ciel et des licornes à longueur de journée et où le paysage est blanc comme neige. Pourtant, je n'ai pas hâte à ce qu'on appelle "funérailles", papa ne m'en n'a jamais parlé, mais j'en ai vu à la télévision et dans des livres... C'est triste et silencieux, mais pas le genre de silence que j'aime bien parfois, mais le genre de silence qui ronge. Un silence triste et lourd qui ne devrait pas être là. Un silence qui a été rejeté par les autres silences. Il était tout triste, Monsieur Silence, de se faire rejeter par les autres, donc il est devenu le silence lourd, triste et dépressif. C'est un silence incompris qui tente de faire comprendre sa tristesse en la faisant vivre aux autres. Ce n'est pas qu'il est méchant ou antipathique, c'est juste qu'il aimerait être compris, mais qu'il s'y prend de la mauvaise façon. Non seulement, l'ambiance est triste, mais tout le monde s'habille en noir. Maman, elle n'aimait pas le noir, elle aimait les couleurs. Je me demande ce qu'elle va penser en voyant ça du haut des nuages... Mais bon... Peut-être que quand moi je mourrais, j'irais la rejoindre....

U.C.





DERRIERE L'ECRAN



Âge : Je crois bien que je suis âgée de 15 ans !

Comment avez vous découvert ce forum ? Ça fait un moment déjà, genre j'étais Kurt !

Première impression ? Ce forum me plait autant que depuis que je l'ai découvert !

Vous pensez être très présent/assez présent/pas trop présent ? : Assez présente, je dirais.

Autre chose ? [C'est bon ! ♥ - By Alix]

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Feathers Road
Admin Poulpovore

Feathers RoadAdmin Poulpovore

Féminin
Messages : 438
Age : 20
Date de naissance : 25/06/1997
Nom de Code : Tiger Bird
Quartier : Feathers Road
Plume : Amnésie

MessageSujet: Re: Belle-de-jour c'est bien, mais belle de nuit, aussi. | Anastasija | U.C. Dim 6 Nov - 19:01

La fiche est-elle terminée ?




She looks like a doll but she is also wild as a tiger

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Belle-de-jour c'est bien, mais belle de nuit, aussi. | Anastasija | U.C. Dim 6 Nov - 19:21

Nop ! Pour des raisons scolaires, je risque de la terminer la semaine prochaine *estdébordéededevoiiiiirs T_T* D8
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Feathers Road
Admin Poulpovore

Feathers RoadAdmin Poulpovore

Féminin
Messages : 438
Age : 20
Date de naissance : 25/06/1997
Nom de Code : Tiger Bird
Quartier : Feathers Road
Plume : Amnésie

MessageSujet: Re: Belle-de-jour c'est bien, mais belle de nuit, aussi. | Anastasija | U.C. Jeu 10 Nov - 11:17

Okay. Pas de problème. ♥




She looks like a doll but she is also wild as a tiger

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Belle-de-jour c'est bien, mais belle de nuit, aussi. | Anastasija | U.C.

Revenir en haut Aller en bas

Belle-de-jour c'est bien, mais belle de nuit, aussi. | Anastasija | U.C.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
— Esplumoir ; ::  :: 
La décharge
 :: Fiches
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit