Forum en pause. Voir ICI.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

L'antre aux histoires [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar



Féminin
Messages : 23
Age : 25
Date de naissance : 23/08/1993
Nom de Code : Sweet Fragance (of the Euphoria Blossom)
Quartier : Avenue of the Roses
Plume : Jeunesse éternelle

MessageSujet: L'antre aux histoires [Libre] Ven 23 Déc - 2:38

    Il existait milles et une merveilles dans le monde: des palais, des déserts démesurés, des carrières de roches défigurés. Oui, il existe de telles merveilles dans le monde, seulement pas dans celui-là. C'était un souvenir flou et incertain accompagné d'un sentiment dérangeant - le sentiment qu'elle n'avait rien à faire ici. Elle ne parvenait pas à savoir pourquoi, mais elle était sure que sa place ne se trouvait pas là: au-delà des forêts? Personne ne savait ce qu'il y avait au-delà des forêts. Elle se rendait compte qu'elle ne connaissait plus qu'Esplumoir...

    Pourtant elle rêvait de foules animées et aveugles qui circulaient en ignorant votre existence. Des odeurs et des cris étranges accompagnaient cette foule fantasmagorique, des bruits de pas et de la crasse entre les doigts. Des crachats. Et des oiseaux rieurs. Une scène absurde dans l'Avenue of the Roses: des crachats? Impossible. Ce rêve était d'autant plus dérangeant qu'il était répétitif et obsédant, comme une mélodie entrainante de couleurs et d'odeurs inconnues qu'Epsyla ne parvenait pas à déchiffrer. Epsyla se savait excentrique, mais elle savait aussi que ce rêve n'était pas le fruit de son imagination ou de son extravagance... il était différent. Elle n'aurait pu l'expliquer, aussi gardait-elle cette scène obsédante pour elle.

    Elle serra son manteau en fourrure autour de sa taille et rentra dans la bibliothèque. Quelqu'un d'aussi coloré et extravagant qu'Epsyla contrastait forcément avec la morbide bibliothèque sombre qui l'entourait. L'éclairage était faible, la bibliothèque noircie par la poussière et les livres abimés par les mains grasses qui s'étaient essuyées dessus. Epsyla ne savait même pas ce qu'elle était venue chercher là, elle n'était pas non plus du genre à se poser la question. Elle s’enfonça donc dans la bibliothèque jusqu'à une étagère qui lui inspirait confiance. A l'aide de sa manche, elle saisit un grimoire imposant qu'elle parvint à déposer sur la table. Elle ne s'assit pas, cependant. Elle contempla un instant la reliure en cuir. Elle tenta de déchiffrer le titre, mais les années ne lui avaient pas fait du bien: il était désormais illisible. Elle resta donc debout à feuilleter le livre à l'aide de sa manche. La chance avait toujours été de son côté, elle espérait encore pouvoir se reposer dessus cette fois-ci. Elle compris aux premières pages qu'elle n'avait pas choisi le bon livre: c'était un conte d'enfant. Il était donc loin de l'histoire d'Esplumoir et des Esplumiens et pourtant... elle avait un bon pressentiment. Elle sentait qu'elle ne s'était pas trompée de livre. Aussi continua-t-elle à feuilleter, toujours debout, les pages de l'étrange histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Chocolate Town

Chocolate Town

Féminin
Messages : 48
Age : 23
Date de naissance : 06/09/1995
Nom de Code : Lolly Sweet
Quartier : Chocolate Town
Plume : Amplification -et/ou diminution- des sons

MessageSujet: Re: L'antre aux histoires [Libre] Ven 23 Déc - 18:52

Il n'y a vraiment aucun bonbon ici. Ce quartier est sombre, sans couleur, et assez glauque. Loin de la déco de Chocolate Town. Et puis, on pouvait parfois apercevoir des corbeaux qui observaient les passants avant de s'envoler vers de nouveaux cieux. Est-ce qu'ils faisaient des comérages, eux aussi ? Du genre " Tiens, regardes, c'est Gildas qui fait encore la court à Rose !" Ou bien "T'as entendu la nouvelle ? Y'a Robert qui a tabasser George !". Tiens, ce serait bien marrant, si les corbeaux faisaient ça. Ou tous les autres animaux, d'ailleurs. Mais mieux encore, ces oiseaux avaient des ailes. De grandes ailes. Arrivaient-t-ils à quitter Esplumoir, de là où ils étaient ? Est-ce qu'ils pouvaient aller jusqu'en Argentine ? Ils avaient tellement de chance d'avoir des ailes...

Lupita n'avait pas d'ailes. Enfin, logique, c'est une humaine ! A part si c'était sa Plume. Or, ce n'est pas ça. Mais elle pouvait toujours comérer. D'ailleurs, c'est tout ce qu'il y avait, dans Esplumoir. Courir et embêter les plus grands, manger des bonbons, rechercher les pires ragots de l'Île. Sinon, on mourrait d'ennui ! Elle avait certes plus de boulots que d'habitude à la patinoire sucrée mais, excepté ceci, toute sa journée était libre. Incroyablement libre. Trop libre. Même vide. Et puis, il n'y avait pas beaucoup d'enfants à son goût sur cette île. La plupart étaient des enfants qui préféraient coiffer leur poupées ou bien jouer au foot. Personne d'assez malin pour se joindre à ses jeux. C'était tout simplement ennuyant.

Alors la fillette avait décidé de rentrer dans le quartier de Bloody Lane. Parce que c'était sombre, effrayant. Est-ce qu'il y avait des zombies ou des morts vivants ? Non, malheureusement. Mais il y avait des habitants habillaient bizarrement. Ils étaient tous noirs, avec des toiles d'araignées partout. On dirait des vampires sorties d'un grenier poussièreux. De quoi se marrer avec des bonbons à la main. Mais il n'y a pas de bonbon, ici. Lupita grogna puis croisa les bras en avançant. Elle était habillée d'un manteau rose bonbon et blanc, et d'un bonnet des mêmes couleurs. Des gens se tournaient vers elle, un peu surpris de son accoutrement différent des leur. Et alors ? Tu veux ma photo ? Aurait-elle dit si elle ne s'ennuyait pas autant. Soudain, elle vit une grande personne, une femme vêtue de façon très colorée, entrer dans une bibliothèque sombre. Un rendez-vous amoureux entre cette femme et un horrible zombie ? Ou alors une terrible femme zombie qui essaye vainement de sortir des normes de ce quartier ? La jeune fille avait retrouvé morale et motivation. Peut-être avait-t-elle des bonbons, aussi ? Lupita entra et suivit discrètement l'inconnue. Celle-ci sortit d'un rayon au moins aussi poussièreux que le bibliothéquaire un vieux livre. Il devait peut-être y avoir des araignées, dans ce rayon. Beurk ! La jeune femme posa le livre sur la table, et, sans s'asseoir, l'ouvrit en prenant soin de couvrir sa main de sa manche. Elle avait raison de prendre ces précautions, il y avait de quoi fuir d'ici, avec toute cette saleté ! Lupita avança lentement vers la femme et se pencha légèrement. Elle lue rapidement une phrase avant de laisser un sourire s'étirer sur son visage. Ah oui, c'est la petite histoire ridicule que l'on conte aux enfants arrivés à Esplumoir. Des balivernes racontant l'histoire d'une Déesse, Isis Pandora, qui serait à l'origine de la création de l'Île et des Plumes. De quoi dormir debout.

" Dites... Vous croyez à ça, vous ?" Dit-t-elle en souriant, dents découvertes. " Et puis... Y'a des bonbons, ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Féminin
Messages : 23
Age : 25
Date de naissance : 23/08/1993
Nom de Code : Sweet Fragance (of the Euphoria Blossom)
Quartier : Avenue of the Roses
Plume : Jeunesse éternelle

MessageSujet: Re: L'antre aux histoires [Libre] Sam 24 Déc - 14:42

L'histoire se dévoilait peu à peu à elle...

    "Il y a fort longtemps, existait une île perdue au milieu des océans, dont le symbole était une plume blanche et pure représentant l'espoir. Il y vivait une civilisation prospère, aux richesses infinies. C'était une réelle île paradisiaque, entre l'eau claire et les verdures, faune et flore d'une rare beauté; tandis que l'or coulait à flot, comme coule le sang de nos veines. Ces temps anciens témoignaient d'une parfaite utopie, le bonheur se propageait telle une maladie fiévreuse. En vérité, rien de cela n'aurait pu être possible sans la déesse Isis Pandora - messagère des dieux, celle qui possédait tous les Dons. Isis Pandora, Jeunesse et Beauté éternelle, vivait en parfaite communauté avec les mortels. Elle usait sans cesse de ses pouvoirs célestes afin d'apporter fertilité, fécondité et sérénité au quotidien. Chaque fois que ses dons se manifestaient, elle était entourée de plumes blanches, d'un espèce de halo aveuglant. Tout semblait aller si bien. Mais...
    Les hommes devinrent petit à petit de plus en plus jaloux de cette déesse. Ils décidèrent de lui voler son pouvoir. Feignant de lui offrir quelques présents, ils l'attirèrent dans une profonde forêt, et cette dernière, tombant dans le piège, fut assassinée de plusieurs coups de couteaux. Elle fut victime de la sauvagerie de ces mortels, et son corps se désintégra dans une lumière blanche, il n'en restait qu'une magnifique Plume blanche. Les hommes s'en emparèrent alors, et ils firent la fête toute la nuit, non peu fiers de leur prouesse. Cependant, incapables de contrôler une telle Pureté et une telle source de pouvoir, ils se laissèrent emporter, et ne purent plus rien contrôler. S'en suivit plusieurs catastrophes naturelles : séismes, ouragans, incendies, inondations, puis finalement, se massacrant les uns et les autres, il n'en resta qu'une poignée de survivants. A l'issue de cette terrible tragédie, la Plume sacrée de la déesse Isis Pandora perdit de son ancienne clarté, et se divisa en des centaines de fragments qui trouvèrent refuges dans les corps des survivants, qui allèrent se réfugier dans d'autres contrées. Et le temps passa.. On raconte que l'esprit de la déesse n'a jamais trouvé repos, on verrait son fantôme se lamenter parfois, et sa désolation s'était transformée en courroux, siècles après siècles.
    ".


Elle arrivait maintenant à la moitié de l'histoire, et sa certitude se trouvait ébranlée: la chance avait-elle tournée? Peut être que ses intuitions n'étaient plus aussi bonnes? Elle restait là, sceptique : elle ne voyait pas en quoi ce conte pouvait l'aider. Elle comprenait maintenant qu'elle avait commis une erreur en choisissant ce livre finalement... c'était bien la première fois que ses instincts la trompaient.

" Dites... Vous croyez à ça, vous ?" Dit une petite voix derrière elle " Et puis... Y'a des bonbons, ici ?"

Si la petite voix qui s'élevait de son dos la surprit, elle ne sursauta pas. Elle se retourna pour regarder d'un air hautain celle qui venait de l'interpeller. Elle dévisagea son visage enfantin, son expression juvénile et jugea que malgré son allure enfantine, elle devait avoir à peu près son âge. Ce n'était pas particulièrement dur à savoir, les esplumiens étaient jeunes.

"Vous?" la reprit-elle " tu as quel âge?"

Elle referma le grimoire, qu'elle n'avait de toute façon plus l'intention de consulter. Ce premier échec l'irritait et l'intervention intempestive de cette inconnue aussi.

" Je doute que tu ais besoin de me vouvoyer, et je doutes aussi que tu ne trouves de bonbons ici" rétorqua t-elle de nouveau.

Sa voix était froide. Epsyla ne cherchait pas à être sympathique ou engageante. Pourquoi se serait-elle forcée à sourire? Cette petite personne insignifiante ne l'intéressait pas, seulement sa présence ici la gênait. Elle était nerveuse à l'idée d'être suivie... Elle chassa cependant rapidement cette idée de son esprit: pourquoi la suivrait-on, elle? Elle ramassa le livre et se détourna pour le reposer sur son étagère, à l'endroit exact où il n'y avait pas de poussière, entre deux autres livres imposants. Et tandis qu'elle regardait à nouveau les livres entassés sur l'étagère, la suspicion devint plus grande...

"Que fais-tu ici? Chocolate Town, c'est à côté" lui lança t-elle finalement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Chocolate Town

Chocolate Town

Féminin
Messages : 48
Age : 23
Date de naissance : 06/09/1995
Nom de Code : Lolly Sweet
Quartier : Chocolate Town
Plume : Amplification -et/ou diminution- des sons

MessageSujet: Re: L'antre aux histoires [Libre] Sam 24 Déc - 22:26

La grande femme se tourna vers elle et la regarda, l'air irritée. Finalement, elle n'était pas si vieille que ça. C'était peut-être à cause de son manteau qui était de mauvais goût que Lupita l'avait prise pour une adulte. Elle la dévisagea du regard comme une visagiste, comme si elle allait lui révéler tout les défauts de son visage.

"Vous?" la reprit-elle " tu as quel âge?"

Ah, d'accord. Si elle la regardait comme ça, c'était parce qu'elle devait être myope, ou autre chose, et cela l'empêchait de distinguer les âges différents. Alalah, ces grands, ils ont tous des problèmes avec leur cerveau !

"J'ai onze ans, ça se voit pas ?!" rétorqua-t-elle, agacée.

Elle était vraiment rabat joie, celle là ! Sourcils froncés, elle ferma son livre. Elle avait l'air de se contenir. On dirait presque une des demi-soeurs de Cendrillon, et elle serait probablement la plus maigre si elle l'était. Finalement, a part ses vêtements, rien ici n'était différent d'elle. Elle était vraiment assomante et vieux jeux.

" Je doute que tu ais besoin de me vouvoyer, et je doutes aussi que tu ne trouves de bonbons ici"

Lupita ne l'écoutait plus. Elle était en train de regarder les vieux rayons remplit de bouquins et essayait d'entrevoir une personne entre deux livres légèrement séparés. Tiens, c'était quoi, là bas ? On dirait un jeune garçon qui était absorbé dans un ouvrage. La fillette pouvait voir la poussière s'accumulait sur ses vêtements, et le livre était proche de se déchirer en mille morceaux sans qu'on ne le touche. C'était pathétique.

"Que fais-tu ici? Chocolate Town, c'est à côté" Reprit la vieille adolescente d'un ton mauvais.

La jeune blonde se retourna et regarda la femme. Non mais elle se prenait pour qui ? Pour sa mère ? Ou pour une flic ? Y'avaient pas des gens dans cette île qui s'occupereaient de tout ça, par hasard ? Lupita soupira.

" Qui a dit que c'était interdit de quitter son quartier ?" Répliqua-t-elle.

Elle souria à la jeune femme. Elle savait que ça allait certainement l'énerver. Elle connaissait bien les adultes et les moyens de les embêter. Elle fit mine de chercher un livre dans les rayons alors qu'elle ne connaissait à peine que l'alphabet - oui, en Argentine, on ne bénificiait que de très peu d'éducation- et reprit d'un ton joyeux :

"Et puis, je peux te retourner la même question ! Hi hi !"

Elle continua son jeux à toucher un par un les dos de livres, arrachant un nid de poussière. Elle souffla ensuite sur son doigt remplit de saleté. Tiens, on dirait l'envol du pollen quand on soufflait sur un pissenlit. Cela pouvait être jolie quand on soufflait sur les plantes. Mais pas sur de la poussière. Elle regarda le petit bout de poussière flottait une petite seconde dans le ciel avant de tomber sur le sol. Finalement, cet endroit était marrant.

"Esplumoir à l'air de t'interesser..." fit-elle en recommençant à prendre la poussière sur les dos de livres de son index.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



Féminin
Messages : 23
Age : 25
Date de naissance : 23/08/1993
Nom de Code : Sweet Fragance (of the Euphoria Blossom)
Quartier : Avenue of the Roses
Plume : Jeunesse éternelle

MessageSujet: Re: L'antre aux histoires [Libre] Lun 26 Déc - 0:29

Epsyla se tourna juste à temps pour voir la jeune fille soupirer.

" Qui a dit que c'était interdit de quitter son quartier ?" disait-elle.

Epsyla l'oberva un instant, le regard interrogateur. Eh bien, elle s'énervait vraiment pour pas grand-chose celle-là. Ce manque total de sang froid et de self-contrôle la fit cependant sourire.

" C'est quand même dans ton quartier qu'on trouve des bonbons..." murmura t-elle avec un sourire en coin, plus pour elle d'ailleurs que pour l'intéressée. Quitter son quartier n'était certes pas interdit, mais venir chercher des bonbons à Bloody Lane était étrange, même pour Epsyla. Ce sourire ne voulait toutefois pas dire qu'elle était calmée, loin de là.

"Et puis, je peux te retourner la même question ! Hi hi !"

Epsyla leva à nouveau un sourcil. Elle était à la fois intriguée et agaçée par le culot de la petite. Elle se demanda un instant comment le prendre, avant de se rendre compte que ça ne lui allait vraiment pas du tout de se poser des questions. Elle repris donc une bref respiration et repassa sa mèche derrière ses oreilles. Elle ne perdait pas le fil: elle était là pour récupérer des informations, autant qu'elles pouvaient. Et dans ces livres, si possible. Mais pourquoi pas ailleurs?
Une idée lui vint - une de ces idées qui apparaissent de nulle part et ne sont souvent pas bêtes. Elle releva la tête, désormais attentive à la petite fille. Elle se tenait toujours près de l'étagère quand elle croisa les bras et la regarda. Elle devinait à son comportement une certaine simplicité d'esprit, mais elle ne la pensait pas bête, et dotée d'un certain sens de la répartie.... Au bout de quelques minutes à la voir s'amuser avec de la poussière, son agacement s'accentua et elle décida finalement de retourner à ses livres - sans plus prêter attention à inopportune. Tant pis pour son idée, les livres feraient très bien l'affaire. Elle fixait longuement l'étagère quand...

"Esplumoir à l'air de t'interesser..." repris l'inopportune.

Bingo. Elle n'avait pas à lui répondre, ni même à lui prêter attention néanmoins... elle s'arrêta dans ses recherches et, sans se retourner, tout en souriant à l'étagère, elle articula lentement, d'une voix naturellement claire et aigue.

"Esplumoir, dit-elle, a pas mal de secrets, je crois."

Elle n'en dit pas plus, elle laissa trainer un silence qui s'alourdissait chaque seconde avant de se retourner vers elle en rajoutant doucement, avec une sincère et étrange fascination:

" Tu ne penses pas?"

Elle aurait pu faire un long discours sur les plumes, les pouvoirs, leur arrivée ou même l'histoire d'Esplumoir. Mais elle avait le sentiment qu'en parler n'était pas nécessaire, elle sentait un accord tacite entre les habitants, quelque chose qui unissait tous les habitants et qui faisaient que n'importe quel possesseur de plume, habitant d'Esplumoir comprendrait de quoi elle parlait. Après tout, ils étaient tous des esplumiens. N'importe quel esplumiens pouvait comprendre, serait capable de comprendre.

Aussi n'expliqua t-elle pas plus, elle ne pensa pas à expliquer plus. Elle se contenta de se tenir là, droite et simple sous son accoutrement inopportun. Peu importe qui ils étaient, ils étaient - avec ou contre leur gré - esplumiens. Et cela suffisait à comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Chocolate Town

Chocolate Town

Féminin
Messages : 48
Age : 23
Date de naissance : 06/09/1995
Nom de Code : Lolly Sweet
Quartier : Chocolate Town
Plume : Amplification -et/ou diminution- des sons

MessageSujet: Re: L'antre aux histoires [Libre] Lun 26 Déc - 20:48

La fillette récolta encore de la poussière sur son index et souffla une dernière fois dessus avant de s'essuyer la main sur son manteau, lassée de ce petit jeu.

"Esplumoir, dit la jeune femme, a pas mal de secrets, je crois."

Lupita s'immobilisa quelques secondes, fixant la jeune femme qui paraissait maintenant plus intéressante qu'elle ne l'avait pensée. Est-ce qu'elle était comme elle ? Cherchait-elle la clé de tout ces mystères ?

" Tu ne penses pas?" Reprit-elle d'une voix remplie de ferveur.

Les deux interlocutrice se regardèrent dans les yeux. Elle aussi se posait des questions sur tout ces pouvoirs étranges, cette île qui ne figurait sur aucune carte, et cette sorte d'exil forcé par une lettre, ou parfois un coup de téléphone. Lupita plissa les yeux, qui fixaient maintenant plus le vide que l'inconnue. Tout était si bizarre. Qui était Isis Pandora, en vérité ? Et qui les avaient amenés ici ? Comment s'en sortir ? La fillette se remémora son passé court de dix ans et demi et le dernier mois qui précéda son arrivée sur l'île. Arrivera-t-elle à en savoir plus ? Est-ce qu'elle tiendra sa promesse ?

"Je pense la même chose que toi." Répliqua la fillette.

Elle resta durant quelques secondes immobiles, la bouche légèrement ouverte, légèrement hésitante.

"J'aie parfois l'impression que cette île est un paradis..."

Elle serra les poings, sentant comme soudainement une boule dans son ventre.

"Et parfois, l'impression que cette île est une prison." Acheva-t-elle lentement.

Elle regarda les livres autour d'elles, comme s'ils n'étaient plus des livres, mais des armes tranchantes. Non, rien n'était paradisiaque ici. Tout était si... irréel. Des gens atterissant sur une île comme par magie, où tout le monde s'entend bien et où l'on manque de rien. C'était tout simplement... Une utopie. Mais derrière ces illusions se cachait un lieu contrôler, où personne, ou alors très peu de personne, peut s'en sortir. C'était une grande et belle prison. Tout simplement.

" Ce n'est pas dans ces livres que vous trouverez quelque chose. Tout le monde entend la même histoire : celle que vous avez lue dans ce livre." Dit-elle en regardant la jeune femme.

Elle regarda encore un peu autour d'elle, puis reprit :

" Il doit certainement y avoir des gens qui savent la vérité..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'antre aux histoires [Libre]

Revenir en haut Aller en bas

L'antre aux histoires [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
— Esplumoir ; ::  :: 
Bibliothèque Maudite
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit